"Les mesures qui, en raison de la pandémie, ont limité ou rendu impossible l'exercice de nombreuses professions ont contribué à circonscrire la propagation du coronavirus, mais elles ont également constitué une interruption violente d'un véritable système de relations humaines, qui vont au-delà de la simple relation professionnelle", souligne Andrea, du duo d'artistes Andrea et Magda. "Aux dommages économiques s'en ajoutent d'autres, moins év...

"Les mesures qui, en raison de la pandémie, ont limité ou rendu impossible l'exercice de nombreuses professions ont contribué à circonscrire la propagation du coronavirus, mais elles ont également constitué une interruption violente d'un véritable système de relations humaines, qui vont au-delà de la simple relation professionnelle", souligne Andrea, du duo d'artistes Andrea et Magda. "Aux dommages économiques s'en ajoutent d'autres, moins évidents, presque invisibles, intangibles." Ce photographe et artiste plasticien, dont le travail est centré sur la relation entre réalité et fiction, signe Close(d) to you, un portfolio conçu comme "une enquête sur les conséquences émotionnelles et psychologiques qui découlent de la distanciation sociale, de la perte des relations et du contact humain avec la gestion de crise de la Covid-19". "J'ai demandé à des personnes, qui ont cessé de travailler en raison de la pandémie, de mettre en scène des actions quotidiennes liées à leur profession, explique Andrea. Chaque jour, chacun d'entre nous effectue des petits rituels indispensables à la réalisation de son travail, et la plupart du temps, nous le faisons inconsciemment en utilisant ce que la science appelle la "mémoire implicite", une forme de mémoire à laquelle nous ne pouvons pas accéder consciemment." L'objectif d'Andrea, dont les photos ont été prises à Catane, en Sicile: "Comprendre s'il pouvait y avoir une sorte de prise de conscience liée à ses actions, si la répétition de certains gestes pouvait ramener les émotions passées qui les accompagnaient. Je voulais voir si, par l'action, l'absence pouvait se faire présence en se matérialisant, non seulement dans un souvenir, mais dans des sensations et des émotions "vivantes et présentes"." Le résultat est ultrasensible. "Ces photographies ne sont donc pas qu'un fragment de ces mises en scène, mais elles sont avant tout un moyen de rechercher si ce qui s'y est passé continue d'exister, si un événement traumatisant, comme l'arrêt du travail en raison du coronavirus, en a laissé des signes encore visibles. Ce sont des photographies qui ne veulent pas seulement représenter mais être un moyen qui aide à "mettre en lumière"." Un article d'Andrea et Magda.