Jamais depuis cette date, ce chiffre n'était passé sous la barre des 500 morts. Ce total des décès recensés par la protection civile est presqu'un tiers moins lourd que celui annoncé samedi (619). L'Italie est l'un des pays au monde les plus meurtris par la pandémie, avec près de 20.000 morts selon les décomptes officiels.

L'Italie est l'un des pays au monde les plus meurtris par la pandémie, avec près de 20.000 morts selon les décomptes officiels.

"La baisse de la pression sur nos structures hospitalières se poursuit", s'est félicité le patron de la protection civile, Angelo Borrelli.

Pour le neuvième jour consécutif, le nombre de patients en soins intensifs diminue, avec 3.343 lits occupés par ces malades gravement atteints, le niveau le plus faible depuis le 23 mars.

"On a réussi avec les mesures adoptées à réduire la pression sur ce qui est un élément-clé de notre système sanitaire", s'est félicité Luca Richeldi, pneumologue à l'hôpital Gemelli de Rome.

Cette maîtrise de la contagion est notamment sensible en Lombardie, la région de Milan dans le nord, la plus endeuillée avec plus de la moitié des décès de la péninsule. Les autorités sanitaires y ont comptabilisé 111 morts dans les dernières 24 heures : jamais depuis près d'un mois (14 mars), ce chiffre n'avait été aussi faible.

Le chiffre des décès est "très inférieur à celui d'hier et après tant de jours, il y a une tendance à la baisse", a déclaré Giulio Gallera, responsable de la Santé dans la région.

Jamais depuis cette date, ce chiffre n'était passé sous la barre des 500 morts. Ce total des décès recensés par la protection civile est presqu'un tiers moins lourd que celui annoncé samedi (619). L'Italie est l'un des pays au monde les plus meurtris par la pandémie, avec près de 20.000 morts selon les décomptes officiels.L'Italie est l'un des pays au monde les plus meurtris par la pandémie, avec près de 20.000 morts selon les décomptes officiels."La baisse de la pression sur nos structures hospitalières se poursuit", s'est félicité le patron de la protection civile, Angelo Borrelli. Pour le neuvième jour consécutif, le nombre de patients en soins intensifs diminue, avec 3.343 lits occupés par ces malades gravement atteints, le niveau le plus faible depuis le 23 mars. "On a réussi avec les mesures adoptées à réduire la pression sur ce qui est un élément-clé de notre système sanitaire", s'est félicité Luca Richeldi, pneumologue à l'hôpital Gemelli de Rome. Cette maîtrise de la contagion est notamment sensible en Lombardie, la région de Milan dans le nord, la plus endeuillée avec plus de la moitié des décès de la péninsule. Les autorités sanitaires y ont comptabilisé 111 morts dans les dernières 24 heures : jamais depuis près d'un mois (14 mars), ce chiffre n'avait été aussi faible. Le chiffre des décès est "très inférieur à celui d'hier et après tant de jours, il y a une tendance à la baisse", a déclaré Giulio Gallera, responsable de la Santé dans la région.