Appel au retrait immédiat du flashball : "Les ados ne sont pas des cobayes du maintien de l'ordre"

07/12/18 à 19:52 - Mise à jour à 19:52

Source: Belga

Quelque 200 personnalités, dont plusieurs députés de l'opposition de gauche, ont appelé vendredi le gouvernement à cesser "immédiatement" d'utiliser des lanceurs de balles automatiques (flash-ball) pour réprimer les manifestations, en se déclarant "profondément choquées" qu'ils aient blessé des lycéens à la tête ces derniers jours.

Appel au retrait immédiat du flashball : "Les ados ne sont pas des cobayes du maintien de l'ordre"

© AFP

"Les ados ne sont pas des cobayes du maintien de l'ordre (...) Nous demandons au ministre de l'Intérieur de retirer immédiatement, à titre conservatoire, les lanceurs de balles de la dotation" des forces de l'ordre, s'indigne ce collectif où figurent notamment le chef de la France Insoumise (LFI) Jean-Luc Mélenchon, plusieurs autres députés LFI, mais aussi des écrivains, cinéastes, sociologues et historiens.

Les députés LFI ont annoncé vendredi avoir déposé une demande de commission d'enquête parlementaire sur la "violence contre des lycéens".

"Nous sommes profondément choqués de l'usage des +armes intermédiaires+ par des policiers contre des manifestants lycéens", écrivent ces personnalités dans cette tribune publiée sur le site internet de Libération.

Le flash-ball, appelé aussi "gomme-cogne", est accusé d'avoir provoqué un décès en 2010 et plusieurs blessures graves ces dernières années. Il a blessé plusieurs manifestants ces dernières semaines lors des mobilisations de "gilets jaunes", dont un homme il y a une semaine à Toulouse et qui était toujours dans le coma vendredi.

Plusieurs lycéens blessés en France

Vendredi matin, cinq lycéens ont été légèrement blessés par flash-ball dans l'Essonne et le Val-de-Marne, selon des sources proches de l'enquête.

A Garges-les-Gonnesse (Val d'Oise) mercredi, un lycéen de 17 ans a été blessé à la mâchoire par un lanceur de balles de défense utilisé par des policiers de Sarcelles. Il a été opéré et est sorti de l'hôpital depuis, selon une source proche de l'enquête.

L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a par ailleurs été saisie après un tir de flash-ball qui a grièvement blessé un adolescent de 16 ans devant un lycée du Loiret.

"Des lycéens ont été blessés à la tête par des tirs de lanceurs de balles, lesquels, d'après les premiers témoignages, ont été effectués (...) en visant des attroupements de mineurs. Il est honteux que des adolescents s'exerçant pour la première fois au droit constitutionnel à manifester soient blessés", soulignent les signataires de la tribune.

Elles rappellent que le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a remis en janvier dernier à l'Assemblée nationale un rapport demandant explicitement le retrait "des lanceurs de balles de défense de la dotation des forces chargées de l'ordre public".

Nos partenaires