Plus d'un demi-million de visiteurs visitent chaque année la terrasse panoramique à 360 degrés située au dixième étage de l'un des plus grands musée de Londres, la Tate Modern. Cette terrasse fait partie de l'annexe que Herzog & De Meuron a construite en 2016 et se trouve à seulement 34 mètres de la luxueuse tour résidentielle Neo Bankside. Ces appartements, conçus par Richard Rogers, ont d'immenses baies vitrées du sol au plafond. De nombreux visiteurs du musée en profitent dès lors pour y jeter un coup d'oeil, grâce à la vue plongeante que la passerelle leur offre.

Enervés par le peu d'intimité que leur offre leur environnement immédiat et las de voir des photos de leurs appartements publiées sur les réseaux sociaux, des voisins en colère ont demandé en justice que la Tate Modern ferme la terrasse panoramique. Les résidents se plaignent que les visiteurs regardent constamment à l'intérieur de leur appartement et ont le sentiment que leur vie privée n'est pas respectée.

La justice vient de donner raison au musée au détriment des propriétaires,révèle The Guardian. Dans son verdict, le juge estime que les résidents disposent de plusieurs solutions pour ne pas croiser les regards des visiteurs: "mettre des rideaux en filet", "baisser leurs stores solaires", "installer un film de protection" sur les fenêtres ou tout simplement aligner des grandes plantes devant leurs fenêtres.

Selon le juge, les propriétaires ne doivent s'en prendre qu'à eux-mêmes "parce qu'ils achètent des appartements dont les fenêtres vont du sol au plafond ". Selon le tribunal, les visiteurs n'ont qu'une vue sur les " jardins d'hiver ", une sorte de balcon intérieur, mais pas vraiment sur les espaces de vie.

Juste après l'ouverture de la terrasse, le musée avait placé une pancarte avec le message "Respectez l'intimité des voisins ". Mais beaucoup de visiteurs curieux ne s'y tiennent pas et ne peuvent s'empêcher de regarder à l'intérieur de ces appartements de haut standing. La plateforme a connu un tel succès que l'artiste germano-namibien Max Siedentopf avait également mis à disposition des touristes douze paires de jumelles, attachées par un cordon à la rambarde de la plateforme,relayait en novembre dernier Le Courrier International.

L'artiste a voulu faire un hommage à ce qu'il considère comme étant l'oeuvre d'art contemporaine la plus célèbre de Tate: la vue sur la vie privée des habitants de la tour Neo Bankside. Siedentopf considère que les panneaux demandant de respecter la vie privée des voisins font partie intégrante de son travail artistique. "Les visiteurs bénéficient de toute façon d'une vue sur l'intérieur des appartements. Mes jumelles les aident juste à profiter davantage du panorama, d'un peu plus près", se défendait l'artiste.

Les propriétaires ont décidé de ne pas en rester là: leur avocate a d'ores et déjà annoncé qu'ils allaient faire appel de la décision du juge. Elle met notamment en cause les "mesures limitées" mises en oeuvre par le musée, selon Le Figaro.