Cette baisse de 36 %, calculée par rapport à la moyenne des trois années précédentes durant ce même mois, est "sans précédent", selon le Conseil européen pour la sécurité des transports (ETSC) qui a publié un rapport sur le sujet. La Belgique arrive en deuxième position dans le classement des pays où la baisse s'est révélée la plus importante, avec 68 % de décès en moins sur les routes. C'est en Italie que le phénomène s'est révélé le plus important une diminution des accidents mortels de 84%.

Pour établir son évaluation en Belgique, l'ETSC s'est basé sur une estimation de l'institut Vias dans les treize zones de police. Selon le rapport de l'organisation, il y a eu 24 morts sur les routes en Belgique en avril, alors que la moyenne calculée sur les années 2017, 2018 et 2019 était de 74.

Dans presque toute l'Europe, la diminution du nombre de victimes de la route a été inférieure à la diminution du trafic, note le Conseil. Cela peut être dû au fait que les usagers de la route roulaient plus vite sur des routes dégagées. Il y avait également des usagers plus vulnérables sur la route, souvent sur des infrastructures non protégées. "Il faut davantage de recherches pour comprendre toutes les raisons", estime le rapport.

Le Conseil européen pour la sécurité des transports note également que la diminution du trafic n'a pas entraîné une baisse des décès dans tous les pays. En Suède, au Danemark et aux Pays-Bas, il y a eu autant, voire plus, de morts sur les routes au mois d'avril.

Cette baisse de 36 %, calculée par rapport à la moyenne des trois années précédentes durant ce même mois, est "sans précédent", selon le Conseil européen pour la sécurité des transports (ETSC) qui a publié un rapport sur le sujet. La Belgique arrive en deuxième position dans le classement des pays où la baisse s'est révélée la plus importante, avec 68 % de décès en moins sur les routes. C'est en Italie que le phénomène s'est révélé le plus important une diminution des accidents mortels de 84%.Pour établir son évaluation en Belgique, l'ETSC s'est basé sur une estimation de l'institut Vias dans les treize zones de police. Selon le rapport de l'organisation, il y a eu 24 morts sur les routes en Belgique en avril, alors que la moyenne calculée sur les années 2017, 2018 et 2019 était de 74.Dans presque toute l'Europe, la diminution du nombre de victimes de la route a été inférieure à la diminution du trafic, note le Conseil. Cela peut être dû au fait que les usagers de la route roulaient plus vite sur des routes dégagées. Il y avait également des usagers plus vulnérables sur la route, souvent sur des infrastructures non protégées. "Il faut davantage de recherches pour comprendre toutes les raisons", estime le rapport. Le Conseil européen pour la sécurité des transports note également que la diminution du trafic n'a pas entraîné une baisse des décès dans tous les pays. En Suède, au Danemark et aux Pays-Bas, il y a eu autant, voire plus, de morts sur les routes au mois d'avril.