Les chercheurs ont utilisé des données mensuelles pour comparer la surmortalité en 2020 par rapport à la moyenne des décès enregistrés durant la même période de 2016 à 2019. L'Office européen de statistiques Eurostat avance que les données "donnent une mesure générale de l'impact de la mortalité de la pandémie de Covid-19 car elles tiennent compte des tous les décès indépendamment de leurs causes".

Les chercheurs ont établi une moyenne européenne estimée sur la base des données de tous les États membres à l'exception de l'Irlande, qui n'a pas fourni d'information. La surmortalité a atteint un pic en novembre, avec une augmentation de 40% du taux de mortalité moyen. Un autre pic, de moindre envergure, est aussi relevé en avril, durant la première vague pandémique, avec 25% d'augmentation du taux moyen de mortalité.

Après le mois d'avril, les chiffres ont baissé avant de repartir à la hausse en août, suivant la courbe des contaminations par le coronavirus. Le pic de novembre était particulièrement mortel en Bulgarie, Pologne et Slovénie, avec des surmortalités de plus de 90%, suivi par la Belgique, qui a alors enregistré une augmentation de près de 60%. L'Italie et l'Autriche ont pour leur part constaté une hausse de 50% des décès.

Les chercheurs ont utilisé des données mensuelles pour comparer la surmortalité en 2020 par rapport à la moyenne des décès enregistrés durant la même période de 2016 à 2019. L'Office européen de statistiques Eurostat avance que les données "donnent une mesure générale de l'impact de la mortalité de la pandémie de Covid-19 car elles tiennent compte des tous les décès indépendamment de leurs causes".Les chercheurs ont établi une moyenne européenne estimée sur la base des données de tous les États membres à l'exception de l'Irlande, qui n'a pas fourni d'information. La surmortalité a atteint un pic en novembre, avec une augmentation de 40% du taux de mortalité moyen. Un autre pic, de moindre envergure, est aussi relevé en avril, durant la première vague pandémique, avec 25% d'augmentation du taux moyen de mortalité.Après le mois d'avril, les chiffres ont baissé avant de repartir à la hausse en août, suivant la courbe des contaminations par le coronavirus. Le pic de novembre était particulièrement mortel en Bulgarie, Pologne et Slovénie, avec des surmortalités de plus de 90%, suivi par la Belgique, qui a alors enregistré une augmentation de près de 60%. L'Italie et l'Autriche ont pour leur part constaté une hausse de 50% des décès.