Certains médias avaient annoncé "40 degrés" en Belgique pour cette semaine. Pourtant, les prévisions de l'Institut royal météorologiques (IRM) ne dépassent pas 32°C pour la capitale cette semaine. En France, on a même annoncé des "températures ressenties" allant jusqu'à 48°C dans certaines régions. À quoi cela correspond-il ? Peut-on s'y fier ?
...

Certains médias avaient annoncé "40 degrés" en Belgique pour cette semaine. Pourtant, les prévisions de l'Institut royal météorologiques (IRM) ne dépassent pas 32°C pour la capitale cette semaine. En France, on a même annoncé des "températures ressenties" allant jusqu'à 48°C dans certaines régions. À quoi cela correspond-il ? Peut-on s'y fier ? Les prévisions officielles expriment la température de l'air, mesurée sous abri avec un thermomètre. Mais il ne faut pas négliger ce qu'on appelle la "température ressentie". Météo France qualifie ce concept comme "la perception physiologique de la température" qui "varie d'un individu à l'autre et selon les conditions atmosphériques (vent, pluie, ensoleillement)". Ainsi, si elle est plus basse que la température réelle en hiver, elle est plus élevée en été, surtout lors de vagues de chaleur. Ce concept a initialement été inventé en cas de grand froid, explique Le Monde. Le principe est que le froid est ressenti de manière plus forte lorsqu'il y a du vent. Le chiffre obtenu en fonction de la force du vent n'était pas une température objective, elle ne doit donc pas être exprimée en degré Celsius. La température réelle, elle, ne varie pas. Le raisonnement existe donc aussi en cas de forte chaleur, mais ici ce n'est pas la force du vent qui renforce le sentiment de "chaud", mais bien l'humidité. Il s'agit du résultat d'un calcul entre la température réelle et le taux d'humidité, deux données qu'on peut en revanche calculer de manière assez fiable. Plus il fait humide lors d'une canicule, plus le corps va ressentir un inconfort, dangereux pour la santé et qu'on qualifie souvent de "lourd" ou "d'étouffant". Le niveau de température ressentie correspond donc à un indice de confort qu'on appelle Humidex, une mesure développée par des météorologues canadiens. Il est déterminé à partir des valeurs de température et d'humidité. Notons encore que cet indice ne tient pas compte de l'exposition au soleil ou au vent, qui peut diminuer ou augmenter la sensation d'inconfort.Le site Meteo Belgique (à ne pas confondre avec l'IRM) offre une carte Humidex pour la Belgique, actualisée toutes les heures et disponibles via ce lien.