Alors que patinent les négociations en vue du sommet COP 24 sur le climat prévu en décembre en Pologne, Patricia Espinosa, responsable des négociations climatiques à l'ONU, a appelé les pays à se ressaisir pour atteindre l'objectif de limiter le réchauffement climatique à moins de 2°C qu'ils s'étaient fixé dans l'accord de Paris en 2015.

"Les nations ne sont pas à la hauteur des promesses" faites à Paris, a déploré Mme Espinosa, sans citer l'administration Trump qui s'est retirée de l'accord de Paris en juin 2017. "Les engagements qu'elles ont pris jusqu'ici élèveraient la température de la planète d'environ 3 degrés d'ici 2100".

Les récentes négociations à Bangkok n'ont pas permis "suffisamment de progrès" pour mettre en oeuvre l'accord de Paris, a-t-elle déploré, "nous devons donc travailler plus dur que jamais entre maintenant et la Cop 24 pour finir le travail".

Après la récente conférence sur le climat à San Francisco, le gouverneur de Californie Jerry Brown, dont l'Etat est aux avants-postes de la lutte contre le réchauffement depuis que Washington s'est désengagé, a lui aussi appelé au sursaut, appelant les entreprises de technologie à investir massivement dans les énergies renouvelables.

"Il s'agit de changer toute l'économie"

"Le problème avec le changement climatique est qu'il s'agit de transformer toute l'économie", a-t-il souligné. "L'investissement technologique est clé, et nous avons besoin des investissements des grandes entreprises".

Hilda Heine, présidente des îles Marshall, dont l'existence même est menacée par la montée des eaux due au réchauffement, a annoncé le lancement formel d'un plan stratégique national pour arriver à zéro émissions d'ici 2050.

"Nous ne sommes que le 10e pays à lancer et la première nation insulaire" à lancer une telle stratégie, a-t-elle lancé. "Si nous pouvons le faire, vous pouvez le faire aussi", a-t-elle déclaré devant un auditorium réunissant des représentants de dizaines de pays.

La Semaine du climat, organisée par l'ONG The Climate Group en partenariat avec l'ONU et la ville de New York, en est à sa 10ème édition.

Quelque 150 évènements sont prévus cette année, y compris un "One Planet Summit" mercredi emmené par le milliardaire et philanthrope Michael Bloomberg et le président français Emmanuel Macron, et de nombreux évènements culturels, dont le Global Citizen Festival, avec à l'affiche Janet Jackson, The Weeknd, ou Cardi B.

Alors que patinent les négociations en vue du sommet COP 24 sur le climat prévu en décembre en Pologne, Patricia Espinosa, responsable des négociations climatiques à l'ONU, a appelé les pays à se ressaisir pour atteindre l'objectif de limiter le réchauffement climatique à moins de 2°C qu'ils s'étaient fixé dans l'accord de Paris en 2015."Les nations ne sont pas à la hauteur des promesses" faites à Paris, a déploré Mme Espinosa, sans citer l'administration Trump qui s'est retirée de l'accord de Paris en juin 2017. "Les engagements qu'elles ont pris jusqu'ici élèveraient la température de la planète d'environ 3 degrés d'ici 2100".Les récentes négociations à Bangkok n'ont pas permis "suffisamment de progrès" pour mettre en oeuvre l'accord de Paris, a-t-elle déploré, "nous devons donc travailler plus dur que jamais entre maintenant et la Cop 24 pour finir le travail".Après la récente conférence sur le climat à San Francisco, le gouverneur de Californie Jerry Brown, dont l'Etat est aux avants-postes de la lutte contre le réchauffement depuis que Washington s'est désengagé, a lui aussi appelé au sursaut, appelant les entreprises de technologie à investir massivement dans les énergies renouvelables."Le problème avec le changement climatique est qu'il s'agit de transformer toute l'économie", a-t-il souligné. "L'investissement technologique est clé, et nous avons besoin des investissements des grandes entreprises".Hilda Heine, présidente des îles Marshall, dont l'existence même est menacée par la montée des eaux due au réchauffement, a annoncé le lancement formel d'un plan stratégique national pour arriver à zéro émissions d'ici 2050."Nous ne sommes que le 10e pays à lancer et la première nation insulaire" à lancer une telle stratégie, a-t-elle lancé. "Si nous pouvons le faire, vous pouvez le faire aussi", a-t-elle déclaré devant un auditorium réunissant des représentants de dizaines de pays.La Semaine du climat, organisée par l'ONG The Climate Group en partenariat avec l'ONU et la ville de New York, en est à sa 10ème édition. Quelque 150 évènements sont prévus cette année, y compris un "One Planet Summit" mercredi emmené par le milliardaire et philanthrope Michael Bloomberg et le président français Emmanuel Macron, et de nombreux évènements culturels, dont le Global Citizen Festival, avec à l'affiche Janet Jackson, The Weeknd, ou Cardi B.