Le texte de 49 pages, préparé par les négociateurs du Brésil, avait été sévèrement contesté par la délégation européenne qui critiquait un document dépourvu d'"ambition", avec "une régression du multilatéralisme". L'Union européenne avait proposé une version alternative pour plusieurs paragraphes.

Aucune indication n'avait immédiatement été donnée sur les modifications éventuelles faites au texte par les Brésiliens qui dirigent les négociations depuis samedi. Les ONG étaient mardi également très critiques d'un texte considéré comme "un échec".

Une centaine de chefs d'Etat et de gouvernement ont commencé à arriver à Rio pour ce sommet, de mercredi à vendredi, censé donner une nouvelle impulsion à la préservation de la planète et à la lutte contre la pauvreté.

Levif.be, avec Belga

Le texte de 49 pages, préparé par les négociateurs du Brésil, avait été sévèrement contesté par la délégation européenne qui critiquait un document dépourvu d'"ambition", avec "une régression du multilatéralisme". L'Union européenne avait proposé une version alternative pour plusieurs paragraphes. Aucune indication n'avait immédiatement été donnée sur les modifications éventuelles faites au texte par les Brésiliens qui dirigent les négociations depuis samedi. Les ONG étaient mardi également très critiques d'un texte considéré comme "un échec". Une centaine de chefs d'Etat et de gouvernement ont commencé à arriver à Rio pour ce sommet, de mercredi à vendredi, censé donner une nouvelle impulsion à la préservation de la planète et à la lutte contre la pauvreté. Levif.be, avec Belga