De nouveaux pesticides considérés comme "sans danger pour les abeilles" pourraient en fait leur causer des dommages lorsqu'ils sont combinés à d'autres produits chimiques appliqués aux cultures, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Proceedings of the Royal Society B.
...

De nouveaux pesticides considérés comme "sans danger pour les abeilles" pourraient en fait leur causer des dommages lorsqu'ils sont combinés à d'autres produits chimiques appliqués aux cultures, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Proceedings of the Royal Society B. Depuis l'interdiction de certaines substances nocives pour les abeilles en Europe, le milieu tente de trouver une alternative, un produit de remplacement qui serait aussi efficace mais qui ne ferait pas de tort aux pollinisateurs. Mais les experts craignent que certains de ces pesticides nouvelle génération puissent avoir des effets secondaires dangereux. C'est le cas du flupyradifurone, étudié par les chercheurs. Vendu comme "insecticide plus sûr", il a pourtant le même mode d'action que les mêmes propriétés que les néonicotinoïdes, produits chimiques interdits en raison de leur lien avec le déclin mondial des abeilles. Certains le classent d'ailleurs parmi cette catégorie. En effet, sa similitude avec les néonicotinoïdes a conduit certains scientifiques et groupes de défense de l'environnement à mettre en doute sa capacité à épargner les pollinisateurs. Dans la nouvelle étude, des scientifiques de l'université de Californie à San Diego ont observé ce qui se produisait lorsque les abeilles étaient exposées à des doses raisonnables de cette substance, en association avec un fongicide commun. Ils ont constaté que la double action de ces produits a entrainé un comportement anormal et la mort de nombreuses abeilles analysées. Les ouvrières qui quittent la ruche pour se rendre sur les cultures sont en outre plus susceptibles d'en ressentir les effets. Le porte-parole de Bayer, qui commercialise ce produit, s'en défend et nie les risques. Il considère le produit comme "une des dernières innovations qui renforce notre engagement en faveur de la santé des abeilles". Concernant les interactions, rien de nouveau pour la firme qui dit avoir "mis en place des restrictions" pour son utilisation avec certains fongicides "afin de prévenir ce type d'effet dans des conditions pratiques d'utilisations", répond-il à l'Independent. Cette recherche intervient après que de précédents travaux ont permis de découvrir qu'un autre produit supposé remplacer les substances nocives pour les abeilles, le sulfoxaflor, était lié à la perturbation des colonies d'abeilles, ajoute The Independent. Il est encore aujourd'hui difficile de classer un pesticide comme "sans danger" pour les abeilles. Selon David Spurgeon, écotoxicologue, cela ne peut pas se faire sans une compréhension complète de la génétique de chaque espèce d'abeille. En outre, il ne serait pas étonnant que le problème de combinaison avec les fongicides se produise avec d'autres produits. Pour les scientifiques à l'origine de l'étude, il faut à présent évaluer de manière plus détaillée les risques, en tenant compte des interactions entre les différents produits chimiques présents dans l'environnement.