Les sacs en plastique à usage unique vivent leurs derniers jours. Il existe de nombreuses alternatives pour les remplacer, du sac en tissu au sac dit "biodégradable". Ce terme désigne les produits industriels et déchets qu'une action bactérienne, naturelle ou induite, décompose assez rapidement. Ils sont de fait supposés disparaître de l'environnement en étant convertis en molécules simples utilisables par les plantes.
...

Les sacs en plastique à usage unique vivent leurs derniers jours. Il existe de nombreuses alternatives pour les remplacer, du sac en tissu au sac dit "biodégradable". Ce terme désigne les produits industriels et déchets qu'une action bactérienne, naturelle ou induite, décompose assez rapidement. Ils sont de fait supposés disparaître de l'environnement en étant convertis en molécules simples utilisables par les plantes. Mais dans la réalité, ce concept est plus complexe qu'il n'y parait. Des chercheurs de l'Université de Plymouth ont testé des plastiques "éco-alternatifs". L'étude, publiée dans la revue Environmental Science & Technology, a défini la biodégradabilité comme étant la dégradation dans "toute échelle de temps significative dans l'environnement naturel".Durant trois ans, les chercheurs ont placé cinq modèles de ces sacs sous terre, dans de l'eau de mer, ou à l'air libre pour en évaluer la dégradation. Et le résultat est sans appel : aucun sac n'a été entièrement dégradé dans les trois environnements. Les sacs biodégradables et soi-disant ""oxo-biodégradables" laissés dans l'océan étaient encore assez solides pour transporter des courses. Les sacs étiquetés "compostables", qui sont faits de plastiques d'origine végétale, se décomposent dans la mer, mais pas suffisamment dans le sol. Tous les sacs laissés à l'air libre pendant trois ans se sont, quant à eux, décomposés en plus petits morceaux en neuf mois."Le résultat le plus surprenant de cette recherche est de savoir qu'aucun des sacs ne pouvait se dégrader complètement dans tous les environnements ", estime Imogen Napper, auteure principale de l'étude, qui espère que l'étude poussera les consommateurs à réfléchir davantage à leur usage et aux alternatives. Selon les experts, la pollution des sacs en plastique est un signe que les humains "abusent de la commodité du plastique", avec des milliards produits chaque année pour un seul usage.De nombreux commerces et fabricants se sont tournés vers les plastiques biodégradables ou compostables, mais ils ne sont pas conscients qu'ils ne sont pas aussi faciles à recycler et ne se décomposeront que dans une installation industrielle spécifique. "Nous avons besoin de normes internationales plus claires pour définir ce que voulons dire par 'biodégradable' ", explique Richard Thompson, chef de l'Unité de recherche marine internationale et auteur principal de l'étude. "S'agit-il de matières biodégradables dans une installation industrielle de compostage à 50-60°C, avec pH, humidité et oxygène spécifiques ? Ou est-ce cela veut dire quelque chose dans la mer, une rivière ou dans le sol ?", conclut-il.