L'action, baptisée "Devine qui vient manger au jardin", invite les habitants des deux régions à consacrer une partie de leur week-end à l'observation des volatiles. En plus d'être d'utilité publique, cette opération permet aux ornithologues de "mieux comprendre les phénomènes particuliers qui touchent les espèces les plus communes", d'après Natagora.

L'an dernier, près de 10.000 foyers avaient participé à l'action, observant collectivement plus d'un demi-million d'oiseaux répartis en 42 espèces. La mésange charbonnière, présente dans 8.800 jardins, arrivait alors en tête des espèces observées dans les jardins wallons et bruxellois, devant le rouge-gorge familier et le merle noir. Ce dernier, pourtant aperçu dans plus de 80% des espaces verts, était à son minimum historique l'année dernière. Les observations de ce week-end permettront de constater si la tendance se confirme.

À cette occasion, Natagora met à disposition sur son site web un formulaire permettant d'encoder les données récoltées. Des brochures informatives sont également disponibles et donnent des conseils pour reconnaître et accueillir les volatiles. L'association traitera ensuite les données et publiera les résultats de l'étude collective.

Le pendant flamand de l'opération, chapeauté par Natuurpunt, a quant à lui eu lieu le week-end dernier et a rassemblé 36.462 participants, qui ont observé un total de 764.541 oiseaux.

L'action, baptisée "Devine qui vient manger au jardin", invite les habitants des deux régions à consacrer une partie de leur week-end à l'observation des volatiles. En plus d'être d'utilité publique, cette opération permet aux ornithologues de "mieux comprendre les phénomènes particuliers qui touchent les espèces les plus communes", d'après Natagora.L'an dernier, près de 10.000 foyers avaient participé à l'action, observant collectivement plus d'un demi-million d'oiseaux répartis en 42 espèces. La mésange charbonnière, présente dans 8.800 jardins, arrivait alors en tête des espèces observées dans les jardins wallons et bruxellois, devant le rouge-gorge familier et le merle noir. Ce dernier, pourtant aperçu dans plus de 80% des espaces verts, était à son minimum historique l'année dernière. Les observations de ce week-end permettront de constater si la tendance se confirme. À cette occasion, Natagora met à disposition sur son site web un formulaire permettant d'encoder les données récoltées. Des brochures informatives sont également disponibles et donnent des conseils pour reconnaître et accueillir les volatiles. L'association traitera ensuite les données et publiera les résultats de l'étude collective. Le pendant flamand de l'opération, chapeauté par Natuurpunt, a quant à lui eu lieu le week-end dernier et a rassemblé 36.462 participants, qui ont observé un total de 764.541 oiseaux.