Chaque hiver, Natagora invite les particuliers à compter les oiseaux qui visitent leur jardin. Durant le week-end, une moyenne de 43 volatiles ont été recensés dans chacun des 4.000 jardins de participants. Si l'opération "est un succès", se félicite Natagora, l'enthousiasme de l'association décline au vu des premiers résultats publiés dimanche à 17h00.

Les populations d'accenteurs mouchets, de tourterelles turques et de moineaux domestiques continuent de décliner à cause de la destruction de leurs habitats, comme les haies vives et indigènes, les vergers ou les prairies fleuries. Natagora rappelle que des actes simples peuvent être posés pour endiguer le phénomène: tondre moins souvent son gazon ou ne pas user de pesticides, par exemple.

"Les effets du virus Usutu se font également ressentir puisque le merle est cette année à son minimum historique", poursuit Natagora, qui s'inquiète également pour les populations de perruches, dont l'aire de répartition ne semble plus s'étendre.

La douceur de l'hiver et la super fructification de certains arbustes a cependant été favorable à des espèces comme les grives litornes et les grives mauvis. La mésange charbonnière, le rouge-gorge familier et le merle noir ont été les trois espèces les plus observées ce week-end.

Chaque hiver, Natagora invite les particuliers à compter les oiseaux qui visitent leur jardin. Durant le week-end, une moyenne de 43 volatiles ont été recensés dans chacun des 4.000 jardins de participants. Si l'opération "est un succès", se félicite Natagora, l'enthousiasme de l'association décline au vu des premiers résultats publiés dimanche à 17h00. Les populations d'accenteurs mouchets, de tourterelles turques et de moineaux domestiques continuent de décliner à cause de la destruction de leurs habitats, comme les haies vives et indigènes, les vergers ou les prairies fleuries. Natagora rappelle que des actes simples peuvent être posés pour endiguer le phénomène: tondre moins souvent son gazon ou ne pas user de pesticides, par exemple. "Les effets du virus Usutu se font également ressentir puisque le merle est cette année à son minimum historique", poursuit Natagora, qui s'inquiète également pour les populations de perruches, dont l'aire de répartition ne semble plus s'étendre. La douceur de l'hiver et la super fructification de certains arbustes a cependant été favorable à des espèces comme les grives litornes et les grives mauvis. La mésange charbonnière, le rouge-gorge familier et le merle noir ont été les trois espèces les plus observées ce week-end.