"Les véhicules de marchandises représentent aujourd'hui 14% du trafic aux entrées et sorties de la Région", précisent les auteurs de l'étude. Or, le transport de marchandises parti­cipe aussi aux problèmes d'embouteilla­ges et de qualité de l'air dans la capitale. "Et cette contribution devrait s'accroître: le Bureau fédéral du Plan a prévu dès 2012 une augmentation en Belgique, entre 2008 et 2030, de 68% des tonnes­-kilomètres parcourues par les marchandises", affirment-ils. Les chercheurs constatent cependant que la problématique interpelle les responsables politiques. "Certaines tentatives de solution sont déjà en cours de développement. Mais de nombreuses étapes doivent encore être accomplies pour une implémentation globale, à commen­cer par la coopération inter­régionale sur le sujet", concluent-ils.

"Les véhicules de marchandises représentent aujourd'hui 14% du trafic aux entrées et sorties de la Région", précisent les auteurs de l'étude. Or, le transport de marchandises parti­cipe aussi aux problèmes d'embouteilla­ges et de qualité de l'air dans la capitale. "Et cette contribution devrait s'accroître: le Bureau fédéral du Plan a prévu dès 2012 une augmentation en Belgique, entre 2008 et 2030, de 68% des tonnes­-kilomètres parcourues par les marchandises", affirment-ils. Les chercheurs constatent cependant que la problématique interpelle les responsables politiques. "Certaines tentatives de solution sont déjà en cours de développement. Mais de nombreuses étapes doivent encore être accomplies pour une implémentation globale, à commen­cer par la coopération inter­régionale sur le sujet", concluent-ils.