Selon le journal allemand Bild am Sonntag, le groupe automobile aurait également manipulé les tests d'émissions de ses moteurs à essence comme il l'avait fait pour les moteurs diesel. Le journal s'appuyant pour étayer ses dires sur les rapports du ministère public de Munich en charge de l'enquête sur le constructeur automobile. Le ministère allemand des Transports a toutefois rejeté ces affirmations, l'agence fédérale pour les véhicules automobiles ayant déjà enquêté sur ces accusations. Le quotidien n'apporte ainsi, selon le ministère, aucune information nouvelle.

Une information confirmée par un porte-parole de Volkswagen qui n'a toutefois pas voulu faire de commentaires supplémentaires sur l'affaire. Il y a quelques années déjà, il était apparu que les moteurs diesel de la marque allemande avait une fonction spéciale permettant d'émettre moins de particules nocives lors des tests qu'en temps normal. Ces pratiques ont coûté des milliards d'euros à la firme en arrangements et opérations de rappel.

Selon le journal allemand Bild am Sonntag, le groupe automobile aurait également manipulé les tests d'émissions de ses moteurs à essence comme il l'avait fait pour les moteurs diesel. Le journal s'appuyant pour étayer ses dires sur les rapports du ministère public de Munich en charge de l'enquête sur le constructeur automobile. Le ministère allemand des Transports a toutefois rejeté ces affirmations, l'agence fédérale pour les véhicules automobiles ayant déjà enquêté sur ces accusations. Le quotidien n'apporte ainsi, selon le ministère, aucune information nouvelle. Une information confirmée par un porte-parole de Volkswagen qui n'a toutefois pas voulu faire de commentaires supplémentaires sur l'affaire. Il y a quelques années déjà, il était apparu que les moteurs diesel de la marque allemande avait une fonction spéciale permettant d'émettre moins de particules nocives lors des tests qu'en temps normal. Ces pratiques ont coûté des milliards d'euros à la firme en arrangements et opérations de rappel.