Le niveau de CO2 actuel est le plus élevé depuis plusieurs millions d'années. À l'aube de la révolution industrielle, le CO2 était à 280 parties par million (ppm) dans l'atmosphère, rappelle le Guardian. En 1958, lorsque les premières mesures ont été effectuées à Mauna Loa à Hawaii (lieu de référence mondiale), elles avaient atteint 315 ppm. Il a dépassé les 350 ppm en 1986 et 400 ppm en 2013.

Pour tenter de conscientiser la population et de montrer que le changement climatique n'est plus un problème qui concerne demain, le Guardian a décidé de publier chaque jour le bilan carbone du Mauna Loa sur la page météo du journal. "Quand j'ai lu la lettre d'un lecteur du Guardian, Daniel Scharf, nous encourageant à inclure des informations sur le changement climatique dans nos prévisions météorologiques, nous avons pensé que c'était une idée fantastique", a déclaré la rédactrice en chef du Guardian, Katharine Viner. "Les niveaux de dioxyde de carbone dans l'atmosphère ont augmenté de façon si spectaculaire et le fait d'en inclure une mesure dans notre bulletin météorologique quotidien est symbolique de ce que l'activité humaine influe sur notre climat. Les gens ont besoin de rappeler que la crise climatique n'est plus un problème futur - nous devons y faire face maintenant et chaque jour compte", ajoute-t-elle.

Bien que les conditions météorologiques changent chaque jour, le climat change au fil des années et des décennies. Ainsi, parallèlement à la comptabilisation quotidienne du carbone, le quotidien publiera le niveau des années précédentes à des fins de comparaison, ainsi que la base de référence préindustrielle de 280 ppm et le niveau considéré comme gérable à long terme de 350 ppm.

Les comparaisons d'une année sur l'autre sont importantes, car tout au long de l'année, les niveaux de CO2 augmentent et diminuent de façon naturelle, un peu comme si la planète respirait. Les arbres et les plantes absorbent le carbone et libèrent de l'oxygène pendant leur croissance, réduisant ainsi les émissions de CO2 dans l'atmosphère. Comme la plupart des plantes sont dans l'hémisphère nord, le CO2 atteint son plus bas niveau chaque année à la fin de la saison de croissance en octobre. Ensuite, il commence à augmenter à mesure que les plantes mourantes se décomposent, atteignant un pic en mai ou en juin. Bien que le niveau de CO2 soit une mesure importante et symbolique du réchauffement climatique causé par l'humanité, il s'agit d'une mesure simple. L'augmentation de la température dans le monde les canicules, les tempêtes et les sécheresses qui frappent dépendent également de la vitesse à laquelle les émissions augmentent ou diminuent et de la durée pendant laquelle elles se maintiennent à des niveaux élevés. Le niveau de 350 ppm a été proposé en 2008 par le professeur James Hansen de la Nasa comme objectif approprié.

Cependant , une chose est claire: pour rester au-dessous de 1,5 °C du réchauffement, il faudra réduire de moitié les émissions d'ici 2030 et atteindre la neutralité carbone d'ici 2050. Il est également probable qu'il faudra éliminer le CO2 présent dans l'atmosphère, peut-être par la restauration à grande échelle de la nature. "C'est une tâche énorme, mais nous espérons que le suivi de l'augmentation quotidienne du CO2 contribuera à garder l'attention sur le problème", dit le Guardian.

Le niveau de CO2 actuel est le plus élevé depuis plusieurs millions d'années. À l'aube de la révolution industrielle, le CO2 était à 280 parties par million (ppm) dans l'atmosphère, rappelle le Guardian. En 1958, lorsque les premières mesures ont été effectuées à Mauna Loa à Hawaii (lieu de référence mondiale), elles avaient atteint 315 ppm. Il a dépassé les 350 ppm en 1986 et 400 ppm en 2013.Pour tenter de conscientiser la population et de montrer que le changement climatique n'est plus un problème qui concerne demain, le Guardian a décidé de publier chaque jour le bilan carbone du Mauna Loa sur la page météo du journal. "Quand j'ai lu la lettre d'un lecteur du Guardian, Daniel Scharf, nous encourageant à inclure des informations sur le changement climatique dans nos prévisions météorologiques, nous avons pensé que c'était une idée fantastique", a déclaré la rédactrice en chef du Guardian, Katharine Viner. "Les niveaux de dioxyde de carbone dans l'atmosphère ont augmenté de façon si spectaculaire et le fait d'en inclure une mesure dans notre bulletin météorologique quotidien est symbolique de ce que l'activité humaine influe sur notre climat. Les gens ont besoin de rappeler que la crise climatique n'est plus un problème futur - nous devons y faire face maintenant et chaque jour compte", ajoute-t-elle.Bien que les conditions météorologiques changent chaque jour, le climat change au fil des années et des décennies. Ainsi, parallèlement à la comptabilisation quotidienne du carbone, le quotidien publiera le niveau des années précédentes à des fins de comparaison, ainsi que la base de référence préindustrielle de 280 ppm et le niveau considéré comme gérable à long terme de 350 ppm.Les comparaisons d'une année sur l'autre sont importantes, car tout au long de l'année, les niveaux de CO2 augmentent et diminuent de façon naturelle, un peu comme si la planète respirait. Les arbres et les plantes absorbent le carbone et libèrent de l'oxygène pendant leur croissance, réduisant ainsi les émissions de CO2 dans l'atmosphère. Comme la plupart des plantes sont dans l'hémisphère nord, le CO2 atteint son plus bas niveau chaque année à la fin de la saison de croissance en octobre. Ensuite, il commence à augmenter à mesure que les plantes mourantes se décomposent, atteignant un pic en mai ou en juin. Bien que le niveau de CO2 soit une mesure importante et symbolique du réchauffement climatique causé par l'humanité, il s'agit d'une mesure simple. L'augmentation de la température dans le monde les canicules, les tempêtes et les sécheresses qui frappent dépendent également de la vitesse à laquelle les émissions augmentent ou diminuent et de la durée pendant laquelle elles se maintiennent à des niveaux élevés. Le niveau de 350 ppm a été proposé en 2008 par le professeur James Hansen de la Nasa comme objectif approprié.Cependant , une chose est claire: pour rester au-dessous de 1,5 °C du réchauffement, il faudra réduire de moitié les émissions d'ici 2030 et atteindre la neutralité carbone d'ici 2050. Il est également probable qu'il faudra éliminer le CO2 présent dans l'atmosphère, peut-être par la restauration à grande échelle de la nature. "C'est une tâche énorme, mais nous espérons que le suivi de l'augmentation quotidienne du CO2 contribuera à garder l'attention sur le problème", dit le Guardian.