Le Plan d'aménagement des espaces marins (PAEM) élaboré en 2014 est valable pour six ans. "Nous devons aussi oser réfléchir à notre mer du Nord à beaucoup plus long terme", indique le secrétaire d'État.

"Où voulons-nous être en 2050 et comment pouvons-nous mettre les nombreuses possibilités à profit de manière optimale ? Les opportunités sont nombreuses, comme la poursuite du désenclavement du port de Zeebrugge et le développement de l'aquaculture et de la mariculture. Mais il y a également des menaces.

Le Forum économique mondial estime que d'ici 2050, il y aura plus de déchets que de poissons dans les mers", selon M. Tommelein (Open Vld). Le "Forum pour la mer du Nord" rassemblera toutes les personnes intéressées et tous les niveaux de pouvoir. M. Tommelein ambitionne "une réflexion qui sorte des sentiers battus".

"Comment la mariculture peut-elle contribuer à améliorer l'état écologique en mer? Quelles sont les possibilités qu'offrent les îles côtières ? Pouvons-nous encore augmenter la quantité d'énergie renouvelable produite en mer?", demande-t-il.

A ses yeux, "nous avons manqué d'enthousiasme bien trop longtemps à l'égard de notre mer du Nord. Il est temps de porter un regard pertinent pour estimer son potentiel économique à sa juste valeur. En respectant l'environnement, ce qui rend une vision à long terme indispensable".

Le Plan d'aménagement des espaces marins (PAEM) élaboré en 2014 est valable pour six ans. "Nous devons aussi oser réfléchir à notre mer du Nord à beaucoup plus long terme", indique le secrétaire d'État. "Où voulons-nous être en 2050 et comment pouvons-nous mettre les nombreuses possibilités à profit de manière optimale ? Les opportunités sont nombreuses, comme la poursuite du désenclavement du port de Zeebrugge et le développement de l'aquaculture et de la mariculture. Mais il y a également des menaces. Le Forum économique mondial estime que d'ici 2050, il y aura plus de déchets que de poissons dans les mers", selon M. Tommelein (Open Vld). Le "Forum pour la mer du Nord" rassemblera toutes les personnes intéressées et tous les niveaux de pouvoir. M. Tommelein ambitionne "une réflexion qui sorte des sentiers battus". "Comment la mariculture peut-elle contribuer à améliorer l'état écologique en mer? Quelles sont les possibilités qu'offrent les îles côtières ? Pouvons-nous encore augmenter la quantité d'énergie renouvelable produite en mer?", demande-t-il. A ses yeux, "nous avons manqué d'enthousiasme bien trop longtemps à l'égard de notre mer du Nord. Il est temps de porter un regard pertinent pour estimer son potentiel économique à sa juste valeur. En respectant l'environnement, ce qui rend une vision à long terme indispensable".