Le renard polaire, aussi connu sous le nom de renard bleu, a été équipé d'un dispositif de repérage en juillet 2017. Il a quitté le Spitzberg, dans l'archipel norvégien du Svalbard, le 26 mars 2018. Après 21 jours et 1 512 km sur la mer de Glace, il arrive au Groenland le 16 avril 2018. Il va encore poursuivre son voyage avant de s'établir sur l'île d'Ellesmere au Canada le 1er juillet de cette même année pour l'été. On ne sait par contre pas ce qu'il a fait ensuite, car son tracker a cessé de fonctionner en février.

Les chercheurs ont été tellement surpris du chemin parcouru qu'ils ont d'abord cru à une erreur ou que le collier avait été embarqué à bord d'un bateau. Sauf que les bateaux ne montent pas si haut vers le nord. Les chercheurs n'avaient dès lors plus qu'à suivre la renarde à la trace.

Elle va parcourir en moyenne 46.3 km par jour à travers les glaciers et la mer de Glace. Un jour, elle va même pousser une pointe et effectuer 155 km en une seule journée alors qu'elle se trouvait dans le nord du Groenland. Les chercheurs croient que la grande quantité de terrain couverte ce jour-là pourrait indiquer que le renard utilisait la glace de mer comme "moyen de transport".

getty
© getty

Le renard arctique est un animal incroyablement résistant qui peut survivre à des températures allant jusqu'à -50 °. Des "semelles" de fourrures protègent ses pattes du froid, tout comme ses oreilles et son museau relativement court lui évitent de perdre trop de chaleur. La bête mesure entre cinquante centimètres et un mètre et pèse environ cinq kilogrammes. Sa fourrure est blanche en hiver et brun foncé en été. En hiver, il suit les gros prédateurs afin de manger les restes de leur repas. Lui-même ne connaît que peu de prédateurs, bien que le renard polaire est en train de perdre du terrain au profit du renard roux. On notera aussi que le nombre de renards polaires tend à varier en fonction de la population de lemmings, l'une de leurs principales proies. Les renards polaires sont présents actuellement dans l'ensemble de l'Arctique, à savoir au Groenland, en Russie, au Canada, en Alaska, au Svalbard, en Islande et dans les Alpes scandinaves.

Le renard polaire, aussi connu sous le nom de renard bleu, a été équipé d'un dispositif de repérage en juillet 2017. Il a quitté le Spitzberg, dans l'archipel norvégien du Svalbard, le 26 mars 2018. Après 21 jours et 1 512 km sur la mer de Glace, il arrive au Groenland le 16 avril 2018. Il va encore poursuivre son voyage avant de s'établir sur l'île d'Ellesmere au Canada le 1er juillet de cette même année pour l'été. On ne sait par contre pas ce qu'il a fait ensuite, car son tracker a cessé de fonctionner en février. Les chercheurs ont été tellement surpris du chemin parcouru qu'ils ont d'abord cru à une erreur ou que le collier avait été embarqué à bord d'un bateau. Sauf que les bateaux ne montent pas si haut vers le nord. Les chercheurs n'avaient dès lors plus qu'à suivre la renarde à la trace. Elle va parcourir en moyenne 46.3 km par jour à travers les glaciers et la mer de Glace. Un jour, elle va même pousser une pointe et effectuer 155 km en une seule journée alors qu'elle se trouvait dans le nord du Groenland. Les chercheurs croient que la grande quantité de terrain couverte ce jour-là pourrait indiquer que le renard utilisait la glace de mer comme "moyen de transport". Le renard arctique est un animal incroyablement résistant qui peut survivre à des températures allant jusqu'à -50 °. Des "semelles" de fourrures protègent ses pattes du froid, tout comme ses oreilles et son museau relativement court lui évitent de perdre trop de chaleur. La bête mesure entre cinquante centimètres et un mètre et pèse environ cinq kilogrammes. Sa fourrure est blanche en hiver et brun foncé en été. En hiver, il suit les gros prédateurs afin de manger les restes de leur repas. Lui-même ne connaît que peu de prédateurs, bien que le renard polaire est en train de perdre du terrain au profit du renard roux. On notera aussi que le nombre de renards polaires tend à varier en fonction de la population de lemmings, l'une de leurs principales proies. Les renards polaires sont présents actuellement dans l'ensemble de l'Arctique, à savoir au Groenland, en Russie, au Canada, en Alaska, au Svalbard, en Islande et dans les Alpes scandinaves.