Le permafrost, ou pergélisol, est une couche de terre gelée au moins deux années consécutives, que l'on retrouve en très haute montagne ou aux pôles. Celui-ci recouvre près de 25 % des terres de l'hémisphère Nord, dont une bonne partie de la Russie, du Canada et de l'Alaska.

La répartition du permafrost près du cercle arctique., Recherchespolaires.inist.fr (capture d'écran)
La répartition du permafrost près du cercle arctique. © Recherchespolaires.inist.fr (capture d'écran)

À cause du réchauffement climatique, des arbustes de plus en plus grands gagnent du terrain sur la toundra. C'est ce qu'ont observé 130 experts du monde entier, en comparant trente ans de données récoltées en Alaska, Canada, Islande, Scandinavie et Sibérie.

Le permafrost peut renfermer des poches de glace, comme ici en Alaska., Craig McCaa/BLM Alaska/Flickr
Le permafrost peut renfermer des poches de glace, comme ici en Alaska. © Craig McCaa/BLM Alaska/Flickr

Or, selon une étude parue le 15 octobre dans la revue américaine Environmental Research Letters, ces plantes développées contribueraient elles aussi à la fonte du permafrost. Mieux ancrées dans le sol que les petits végétaux, leurs racines créeraient autour d'elles des "taliks", des îlots de terre plus chaude et meuble.

Les arbustes créent autour d'eux des "taliks", des îlots de terre plus chaude que le permafrost., Capture d'écran de l'étude IOPScience
Les arbustes créent autour d'eux des "taliks", des îlots de terre plus chaude que le permafrost. © Capture d'écran de l'étude IOPScience
La neige fondue s'infiltre via le talik dans le sous-sol,et dégèle le permafrost le long de la pente., Capture d'écran de l'étude IOPScience
La neige fondue s'infiltre via le talik dans le sous-sol,et dégèle le permafrost le long de la pente. © Capture d'écran de l'étude IOPScience

De plus, sur un terrain vallonné, ces grands arbustes retiennent davantage la neige. Celle-ci fond et s'infiltre alors dans le sol en suivant la pente via le talik, liquéfiant encore plus le permafrost déjà fragilisé.

Ce développement de la végétation, combiné à d'autres facteurs comme la hausse des précipitations, annonce la disparition progressive des terres glacées. Les chercheurs prévoient en effet une fonte de 30 à 70 % du permafrost mondial d'ici à la fin du siècle.

Juliette Chable

Le permafrost, ou pergélisol, est une couche de terre gelée au moins deux années consécutives, que l'on retrouve en très haute montagne ou aux pôles. Celui-ci recouvre près de 25 % des terres de l'hémisphère Nord, dont une bonne partie de la Russie, du Canada et de l'Alaska.À cause du réchauffement climatique, des arbustes de plus en plus grands gagnent du terrain sur la toundra. C'est ce qu'ont observé 130 experts du monde entier, en comparant trente ans de données récoltées en Alaska, Canada, Islande, Scandinavie et Sibérie.Or, selon une étude parue le 15 octobre dans la revue américaine Environmental Research Letters, ces plantes développées contribueraient elles aussi à la fonte du permafrost. Mieux ancrées dans le sol que les petits végétaux, leurs racines créeraient autour d'elles des "taliks", des îlots de terre plus chaude et meuble.De plus, sur un terrain vallonné, ces grands arbustes retiennent davantage la neige. Celle-ci fond et s'infiltre alors dans le sol en suivant la pente via le talik, liquéfiant encore plus le permafrost déjà fragilisé.Ce développement de la végétation, combiné à d'autres facteurs comme la hausse des précipitations, annonce la disparition progressive des terres glacées. Les chercheurs prévoient en effet une fonte de 30 à 70 % du permafrost mondial d'ici à la fin du siècle.Juliette Chable