Les scientifiques pensent que la Flandre pourrait réduire un quart voire même un tiers les émissions de C02 grâce à des mesures respectueuses de l'environnement. Les arbres ont une grande capacité d'absorption des gaz à effet de serre.

Mais les arbres ont également un autre impact sur le réchauffement climatique : les bois agissent comme une sorte de tampon contre la hausse trop rapide des températures et sont donc bénéfiques pour beaucoup d'animaux et de plantes. Dans la revue Nature, l'ingénieur biologiste Pieter De Frenne (Université de Gand) et ses collègues écrivent que les branches des arbres offrent une sorte d'isolation contre les températures plus extrêmes. Lors des chaudes journées d'été, la température dans les forêts est en moyenne de quatre degrés de moins . Et en hiver, il y a généralement un degré de plus.

Lorsque la température augmente, l'effet amortissant augmente également : la température est proportionnellement plus froide dans les bois. Ce phénomène a été observé dans le monde entier. Étant donné que les forêts constituent un quart de la surface terrestre et forment un refuge pour deux tiers de la biodiversité, la nouvelle est donc réjouissante. L'attention portée à la conservation des forêts devrait s'en voir stimulée.

Néanmoins, un message quelque peu inquiétant est apparu dans le Proceedings of the National Academy of Sciences (Comptes-rendus de l'Académie nationale des sciences des États-Unis d'Amérique) : les gens s'habituent rapidement aux températures extrêmes. Ce phénomène signifie qu'il y a moins de pression pour prendre des mesures contre le réchauffement climatique. Les scientifiques derrière le rapport sont parvenus à cette conclusion après avoir analysé une grande quantité de commentaires sur Twitter à propos de la météo. Les gens basent leur estimation de la situation météorologique sur ce qu'ils ont ressenti ces dernières années.

Les scientifiques pensent que la Flandre pourrait réduire un quart voire même un tiers les émissions de C02 grâce à des mesures respectueuses de l'environnement. Les arbres ont une grande capacité d'absorption des gaz à effet de serre.Mais les arbres ont également un autre impact sur le réchauffement climatique : les bois agissent comme une sorte de tampon contre la hausse trop rapide des températures et sont donc bénéfiques pour beaucoup d'animaux et de plantes. Dans la revue Nature, l'ingénieur biologiste Pieter De Frenne (Université de Gand) et ses collègues écrivent que les branches des arbres offrent une sorte d'isolation contre les températures plus extrêmes. Lors des chaudes journées d'été, la température dans les forêts est en moyenne de quatre degrés de moins . Et en hiver, il y a généralement un degré de plus.Lorsque la température augmente, l'effet amortissant augmente également : la température est proportionnellement plus froide dans les bois. Ce phénomène a été observé dans le monde entier. Étant donné que les forêts constituent un quart de la surface terrestre et forment un refuge pour deux tiers de la biodiversité, la nouvelle est donc réjouissante. L'attention portée à la conservation des forêts devrait s'en voir stimulée.Néanmoins, un message quelque peu inquiétant est apparu dans le Proceedings of the National Academy of Sciences (Comptes-rendus de l'Académie nationale des sciences des États-Unis d'Amérique) : les gens s'habituent rapidement aux températures extrêmes. Ce phénomène signifie qu'il y a moins de pression pour prendre des mesures contre le réchauffement climatique. Les scientifiques derrière le rapport sont parvenus à cette conclusion après avoir analysé une grande quantité de commentaires sur Twitter à propos de la météo. Les gens basent leur estimation de la situation météorologique sur ce qu'ils ont ressenti ces dernières années.