Cette diminution profite à la fois aux transports publics (+15,3%), et surtout au vélo (+21,3%). La voiture reste toutefois le mode de transport le plus utilisé, effectuant 65,6% des déplacements de ce type et même 68,5% avec le covoiturage, selon cette nouvelle enquête.

Les transports publics sont quant à eux utilisés par 17,7% des travailleurs (près de 11% des travailleurs prennent le train et près de 7% le métro, le tram ou le bus), tandis que 9,5% des travailleurs utilisent le vélo et 2,4% la marche. Seuls 1,2% utilisent la moto et 0,8% un moyen de transport collectif organisé par l'employeur.

Le SPF Mobilité relève qu'une diminution de la part de la voiture n'implique pas nécessairement une diminution des embouteillages, le nombre de travailleurs ayant dans le même temps augmenté.

Les répartitions modales sont particulièrement différentes selon la Région où est située l'entreprise. La part de la voiture individuelle atteint ainsi 81,7% en Wallonie, 68,5% en Flandre et 37,9% à Bruxelles.

La baisse de l'utilisation de la voiture est de loin la plus marquante à Bruxelles, atteignant environ 7 points de pourcentage, contre un point de pourcentage en Flandre. En Wallonie, on enregistre une hausse de deux points pour ce mode de déplacement. Quelque 3.947 employeurs occupant plus d'un 1,5 million de personnes ont participé à cette vaste enquête. La participation était obligatoire pour les entreprises comptant plus de 100 travailleurs.

Cette diminution profite à la fois aux transports publics (+15,3%), et surtout au vélo (+21,3%). La voiture reste toutefois le mode de transport le plus utilisé, effectuant 65,6% des déplacements de ce type et même 68,5% avec le covoiturage, selon cette nouvelle enquête.Les transports publics sont quant à eux utilisés par 17,7% des travailleurs (près de 11% des travailleurs prennent le train et près de 7% le métro, le tram ou le bus), tandis que 9,5% des travailleurs utilisent le vélo et 2,4% la marche. Seuls 1,2% utilisent la moto et 0,8% un moyen de transport collectif organisé par l'employeur. Le SPF Mobilité relève qu'une diminution de la part de la voiture n'implique pas nécessairement une diminution des embouteillages, le nombre de travailleurs ayant dans le même temps augmenté. Les répartitions modales sont particulièrement différentes selon la Région où est située l'entreprise. La part de la voiture individuelle atteint ainsi 81,7% en Wallonie, 68,5% en Flandre et 37,9% à Bruxelles. La baisse de l'utilisation de la voiture est de loin la plus marquante à Bruxelles, atteignant environ 7 points de pourcentage, contre un point de pourcentage en Flandre. En Wallonie, on enregistre une hausse de deux points pour ce mode de déplacement. Quelque 3.947 employeurs occupant plus d'un 1,5 million de personnes ont participé à cette vaste enquête. La participation était obligatoire pour les entreprises comptant plus de 100 travailleurs.