Jane Fonda, âgée de 81 ans, n'en était pas à sa première manifestation ce vendredi. Elle a en effet déménagé à Washington en septembre dernier pour souligner l'urgence de la crise climatique en organisant des manifestations au Capitole, où, habillée d'un manteau rouge vif, elle a été arrêtée tous les vendredis ces quatre dernières semaines, rapporte le New York Times. Elle a souvent été accompagnée d'un ou l'autre ami célèbre : Sam Waterston ou Ted Danson. Ce vendredi, il s'agissait de Catherine Keener et Rosanna Arquette.
...

Jane Fonda, âgée de 81 ans, n'en était pas à sa première manifestation ce vendredi. Elle a en effet déménagé à Washington en septembre dernier pour souligner l'urgence de la crise climatique en organisant des manifestations au Capitole, où, habillée d'un manteau rouge vif, elle a été arrêtée tous les vendredis ces quatre dernières semaines, rapporte le New York Times. Elle a souvent été accompagnée d'un ou l'autre ami célèbre : Sam Waterston ou Ted Danson. Ce vendredi, il s'agissait de Catherine Keener et Rosanna Arquette. La star prévoit de continuer à manifester jusqu'à la mi-janvier, lorsque le tournage de sa série Netflix, "Grace et Frankie", reprendra. Elle prévoit donc de fêter son 82e anniversaire en prison, le 21 décembre.Ce vendredi, Keener, Arquette et Fonda figuraient parmi les 46 personnes que la police a emmenées avec des menottes en plastique aux poignets pour avoir occupé le troisième bureau du Sénat américain sur la colline du Capitole.Keener et Arquette ont été condamnées à une amende et relâchées quelques heures plus tard, mais Jane Fonda, qui devait se présenter devant le tribunal à cause de ses arrestations antérieures, a passé la nuit en prison, comme prévu. "Une nuit, la belle affaire!", a-t-elle déclaré aux journalistes, quelques minutes avant le début du sit-in.Pourtant, être arrêtée à son âge n'est pas si anodin. Cela comporte certains défis comme de parvenir à rester en équilibre avec les mains liées tout en grimpant dans un combi de police. La semaine dernière, alors que le nombre de personnes arrêtées a triplé depuis qu'elle a commencé à manifester, la police leur a offert un peu de répit en choisissant un bus plus facile d'accès, avec des marches basses. Le lendemain, elle a déclaré au Washington Post qu'elle avait utilisé son manteau comme matelas et que ses os lui faisaient mal.Elle a toutefois déclaré qu'il ne faisait aucun doute qu'elle avait bénéficié de son privilège de blanche et de sa renommée, mais qu'elle se sert de ce qu'elle a. Elle conduit une voiture électrique, évite le plastique, mange moins de viande rouge et a réduit ses voyages en avion (les célébrités optent souvent pour des jets privés, tandis que Fonda dit qu'elle utilise des vols commerciaux), mais elle proteste, car elle ressent le besoin d'en faire plus. "À quoi cela sert-il d'être célèbre si vous ne pouvez pas en tirer profit pour quelque chose d'important ?", a-t-elle déclaré. Elle espère en inspirer d'autres à envahir les rues et contraindre les législateurs à forcer les entreprises de combustibles fossiles à conserver les milliards de dollars de réserves de pétrole restantes dans le sol. Que cet objectif ambitieux soit atteint ou non, elle a au moins fait parler de sa cause dans la culture pop. Récemment elle a accepté un Bafta Award alors qu'elle se faisait arrêter. La vidéo, partagée sur Twitter par les Bafta, est devenue virale. Pour Halloween, le site Buzzfeed a notamment suggéré aux couples de se déguiser en Fonda et le policier qui l'a arrêtée.Bien que Fonda ait été une militante toute sa vie, la seule autre fois où elle a passé une nuit en prison a été en 1970, alors qu'elle avait 32 ans, lors d'une tournée de conférences pour protester contre la guerre du Vietnam. Elle a été arrêtée à Cleveland pour possession, de ce qu'elle dit être des vitamines, et les charges ont été abandonnées. Deux ans plus tard, elle s'est rendue au nord du Vietnam, où elle a obtenu le surnom de Hanoi Jane. Elle s'est excusée à plusieurs reprises auprès des soldats américains, ne voulant pas qu'ils se sentent insultés. Le surnom est cependant resté, et lors de la manifestation de vendredi, au moins un détracteur, coiffé d'un chapeau MAGA (Make Americain Grain Again), l'a crié à plusieurs reprises.Les évènements "Fire Drill Fridays" et les arrestations s'organisent désormais d'eux-mêmes. Il y a des conférenciers et des musiciens, des sujets hebdomadaires et, chaque jeudi soir, une conférence d'une heure diffusée en direct sur Facebook.Son projet d'action de désobéissance civile a commencé à prendre forme à l'occasion de la fête du Travail, alors qu'elle était en vacances à Big Sur avec Keener et Arquette. Fonda s'était battue contre ce qu'elle décrivait comme un malaise physique profondément enraciné et une dépression qu'elle attribuait à une actualité climatique de plus en plus grave.Ce week-end-là, elle lisait en primeur un exemplaire du nouveau livre de Naomi Klein, intitulé "On Fire: le cas (brûlant) d'un Green New Deal", et cela lui a fait l'effet d'un coup de foudre. Elle a décroché son téléphone et c'était parti. Lors d'une téléconférence avec Klein, Annie Leonard, directrice exécutive de Greenpeace USA, et le militant écologiste Bill McKibben, le plan était né. Ils ont appelé les événements Fire Drill Fridays (les vendredis d'exercice incendie), inspirés par le cri de coeur de la militante suédoise Greta Thunberg, militante pour le climat, "Notre maison est en feu". Le plan prévoyait que les manifestants portent du rouge. Et Jane Fonda a déclaré que son manteau rouge serait le dernier vêtement qu'elle achèterait, car elle déjà tout ce dont elle a besoin."Je pense qu'elle a choisi le bon message en prenant exemple sur les jeunes qui sèchent les cours", a écrit Bill McKibben dans un courrier électronique au New York Times. "C'est bien que les enfants prennent des initiatives, mais ce n'est pas O.K. de prendre le plus gros problème sur terre et l'assigner à des jeunes de 15 ans."Ça n'a pas été simple pour autant. Déménager de Californie signifiait ne plus voir son petit-fils de 3 mois. Fonda voulait également emmener son chien, une femelle de 15 ans nommée Tulea qu'elle décrit comme son "âme soeur", et a été bouleversée parce qu'elle était devenue trop malade pour prendre l'avion.Il y avait aussi la question de "Grace et Frankie". La production de la dernière saison de l'émission devrait débuter en janvier. Fonda a donc demandé à Ted Sarandos, responsable du contenu de Netflix, si elle pouvait être retardée d'un an. Sarandos a dit non. (L'échange a été confirmé par Netflix.) Fonda a également pris plusieurs engagements liés à la scène. "J'ai essayé de sortir de tout, mais je n'ai pas pu parce que j'ai signé des contrats", a-t-elle déclaré.Vendredi matin a été ensoleillé et frais à Washington et dans un sous-sol d'église près de la Cour suprême, des dizaines de manifestants du vendredi de Fire Drill se sont rassemblés pour manger des pâtisseries, boire du café et élaborer des stratégies. Fonda, vêtue de son manteau rouge, se faufilait parmi eux comme une mère oiseau, livrant des salutations et de longs câlins. Puis ils se sont dirigés vers le Capitole, avec Fonda en tête, des équipes de tournage et d'autres journalistes se sont efforcés de suivre.Parmi les centaines de personnes rassemblées se trouvaient d'anciens élèves du lycée de Fonda, l'école Emma Willard de Troy, N.Y. des membres de Elders Climate Action et une personne vêtue d'un costume d'ours polaire. Fonda les salua tous et invita des orateurs. Parmi eux, Keener, Arquette ("Chaque vie humaine passe par le respect de notre planète") et Ensler, qui a récité un poème sur la Terre qui a ému l'assemblée. Peu de temps avant son arrestation, la journaliste du New York Times a demandé à Fonda si sa désobéissance civile avait l'effet escompté. "Vous êtes tous ici", a-t-elle dit, indiquant l'essaim d'équipes de caméras et de journalistes. "Donc, je pense que ça marche."