Malgré les marches climatiques, les brosseurs du climat et la prise de conscience croissante de l'urgence du problème climatique, les résultats de Groen et Ecolo sont restés inférieurs aux attentes lors des dernières élections. Dès le début, Pieter Leroy doutait que Youth for Climate, Greta Thunberg et Anuna De Wever puissent réellement influencer l'agenda politique. "Intuitivement, je ressens de la sympathie pour quelque chose d'aussi nouveau. Mais il est vite devenu clair que ce qu'ils faisaient se limitait à une certaine catégorie d'âge et à un certain groupe social : la classe supérieure, les étudiants d'humanité. Les élèves de l'enseignement technique et professionnel ne sont pas descendus dans la rue."
...

Malgré les marches climatiques, les brosseurs du climat et la prise de conscience croissante de l'urgence du problème climatique, les résultats de Groen et Ecolo sont restés inférieurs aux attentes lors des dernières élections. Dès le début, Pieter Leroy doutait que Youth for Climate, Greta Thunberg et Anuna De Wever puissent réellement influencer l'agenda politique. "Intuitivement, je ressens de la sympathie pour quelque chose d'aussi nouveau. Mais il est vite devenu clair que ce qu'ils faisaient se limitait à une certaine catégorie d'âge et à un certain groupe social : la classe supérieure, les étudiants d'humanité. Les élèves de l'enseignement technique et professionnel ne sont pas descendus dans la rue."Comment se fait-il qu'une majorité de personnes reconnaissent l'urgence du problème climatique - en partie grâce aux manifestations climatiques - mais que seule une petite minorité vote en faveur du parti qui place ce problème en tête de l'agenda ?Pïeter Leroy : Les gens prennent le problème climatique au sérieux, mais ne le trouvent manifestement pas assez impérieux pour en faire dépendre leur voix. C'est pourquoi, en Europe, à l'exception de l'Allemagne, les partis verts n'atteignent nulle part plus de 15% à 20%. L'agenda politique est déjà rempli d'autres problèmes, tels qu'une politique migratoire défaillante ou une incertitude économique. Et ceux-ci sont très tangibles et visibles pour la plupart d'entre nous. Après tout, malgré le large consensus scientifique selon lequel il existe un problème de climat, les gens n'en souffrent pas beaucoup en dehors du monde dans lequel les rapports sont lus et écrits. À moins qu'ils se rappellent l'été très chaud de l'année dernière.Quel est le problème ?Quiconque réfléchit cinq minutes à la question du climat peut le constater : derrière une politique climatique audacieuse se cache un énorme problème de redistribution. Mais aucun politicien n'ose en parler. Prenez le président français, Emmanuel Macron. Non seulement il n'a rien dit à ce sujet, mais il a même augmenté le prix du diesel de 30 % ! Pour permettre à mes étudiants d'en évaluer l'impact, je leur explique que les infirmiers de quartier français parcourent 2 000 kilomètres par mois. Calculez ce qu'il vous reste de votre salaire net de 1200 euros si le diesel devient beaucoup plus cher. Je comprends que les gens se rebellent.En France, le problème de la redistribution a été attisé par les gilets jaunes, mais on sent l'agitation partout. Groen n'y a pas assez réfléchi. Interrogé par la VRT, Kristof Calvo (Groen) n'a rien à dire au sujet de la proposition de son parti d'abolir la voiture-salaire. C'est navrant. Une politique de climat sociale est-elle contradictoire?Non, mais c'est tout sauf simple. Les impôts à taux unique tels que la taxe au kilomètre, la suppression de tous les diesels ou une taxe sur les vols sont des mesures socialement injustes, car elles touchent tout le monde de la même manière. Certaines coopératives énergétiques s'en approchent : les gens deviennent copropriétaires de la production d'énergie solaire et éolienne et bénéficiaires des dividendes qui en découlent.Pour la plupart des spécialistes, la taxe au kilomètre est une mesure adéquate contre les embouteillages qui causent du stress et des pertes de temps à des centaines de milliers de personnes. Alors pourquoi n'y a-t-il pas de soutien pour cela ?Mes collègues spécialisés dans la mobilité me disent que le problème des embouteillages ne peut être résolu. Tout d'abord, parce que l'utilisation de la voiture est encore trop facile. Deuxièmement, parce que les embouteillages ne deviennent jamais un problème collectif - et une solution n'est donc jamais un intérêt collectif.Comparez-le aux morts sur les routes. Tous les ans, il y a des centaines de morts sur la route, mais - lorsqu'un avion de 200 personnes s'écrase, on en parle beaucoup plus parce que les victimes forment un collectif. 100 000 personnes bloquées dans les embouteillages, ce sont 100 000 personnes stressées. Le seul aspect collectif de la taxe au kilomètre, c'est qu'ils vont encore une fois nous plumer, encore une taxe. C'est donc une proposition très facile à saborder.Le problème climatique est-il également insoluble ?Je constate encore toujours que mes collègues disent soit à quel point c'est grave, soit - et je m'y oppose parfois - que c'est facile à résoudre. Ensuite, on parle de transition, avec des concepts comme "transition climatique" et "transition énergétique". Très bien, mais je leur demande toujours s'ils ont réfléchi à la durée des changements sociaux fondamentaux. Il a fallu près de 150 ans après la Révolution française pour installer la démocratie parlementaire dans un petit nombre de pays. Pour abolir l'esclavage, il a même fallu 250 ans.Le problème avec ce discours de transition, c'est aussi qu'il y a toujours une comparaison avec les changements induits par la technologie : le smartphone, la voiture, la machine à vapeur, l'énergie nucléaire... Mais on ne peut pas résoudre le problème du changement climatique en replaçant le CO2 dans une bouteille. Si seulement c'était aussi simple. L'ensemble de la société doit changer. Et cela, pour couronner le tout, pour résoudre un problème qui n'est pas très visible pour vous et moi, et encore moins problématique.Les soi-disant écomodernistes font souvent référence aux prédictions du rapport du Club de Rome de 1972, Halte à la croissance?, qui affirmait que si nous ne changeons pas notre politique, il serait impossible de continuer à nourrir tous les peuples et qu'une catastrophe climatique était imminente. Ils répliquent que l'inégalité, la pauvreté et la pollution ont diminué depuis.Permettez-moi de répondre par une anecdote. J'ai récemment reçu un courriel d'un membre de ma famille qui avait lu un article d'opinion du philosophe Maarten Boudry. "Pieter", écrivait-elle, "à mon avis, il a tort, mais je n'arrive pas à mettre le doigt dessus. Explique-moi pourquoi je sens qu'il a tort". (rires) Elle avait raison. Tout d'abord, contrairement à ce que les économistes et tutti quanti prétendent, le Club de Rome n'a pas prédit la fin du monde. C'est une caricature qu'ils en ont faite. Le rapport dit que si vous réunissiez un certain nombre de variables - croissance démographique, pollution, production industrielle, accès aux ressources naturelles... - la situation ne présage rien de bon. Tout comme l'économiste britannique Thomas Malthus a dit que sur un hectare on ne peut cultiver qu'un nombre limité de pommes de terre, le Club de Rome a dit que seul un nombre de limité de personnes ayant un certain niveau de prospérité peut vivre dans le monde. Dans les deux cas, on dirait que la technologie permet de multiplier par dix le nombre de pommes de terre. C'est exact, mais il y a une limite.De plus, et c'est crucial, ce n'est pas vrai que nous n'avons fait que des progrès. Depuis la publication en 2013 du Capital du 21e siècle, le livre de l'économiste français Thomas Piketty, nous savons que les inégalités se creusent à nouveau. Et depuis 1972, nous n'avons pas seulement perdu 20 % de biodiversité - en 50 ans, hein ! - mais la quantité de parties par million (ppm) de CO2 est également passée de 300 à en permanence à plus de 400.Ma réponse à ces modernistes écologiques est donc la suivante : c'est bien que vous vouliez apporter la bonne nouvelle, mais il y a aussi de mauvaises nouvelles. Nous obtenons systématiquement de moins bons résultats pour un certain nombre de variables. Et nous n'allons pas résoudre ce problème en nous concentrant unilatéralement sur le progrès technologique, mais grâce à des changements d'inspiration sociale et éthique.Si ça n'a pas lieu, à quel point l'avenir sera-t-il sombre?Ma prédiction n'est pas que le ciel nous tombera sur la tête à la manière d'Astérix et Obélix. Mais si cette tendance se poursuit, nous détruirons 6 à 7 des 8 millions d'espèces et l'homme devra vivre dans des circonstances très artificielles si la terre se réchauffe de 4 degrés Celsius d'ici 2100.Trop souvent, les écologistes ont tendance à mettre l'accent sur la dimension personnelle : arrêtez de faire ceci, faites cela. C'est irritant. Cette irritation ne peut être évitée que si l'on aborde le climat comme un problème collectif, comme cela a été le cas pour les pensions. J'ai l'impression qu'entre-temps les gens comprennent que lorsque nous vieillissons collectivement et que nous allons à l'école plus longtemps, la période de travail devient trop courte pour payer les pensions élevées. C'est un problème collectif qui peut faire l'objet d'une analyse collective. Nous le faisons encore trop peu pour les questions environnementales.La viande en est un bon exemple. Il faut expliquer aux gens que si les poulets et les dindes de nos supermarchés sont si bon marché, c'est parce que nous faisons venir d'énormes bateaux remplis d'animaux d'Argentine et de soja d'Indonésie pour que Unilever et Danone en fassent des produits alimentaires. Et tout cela sans avoir à payer les énormes coûts environnementaux et sociaux qu'ils entraînent. C'est une analyse que la politique verte fait beaucoup trop peu.Le système est pervers, mais un Belge moins fortuné a-t-il le luxe de s'en soucier ?La semaine dernière, le ministre malaisien de l'Environnement a mobilisé la presse pour une batterie de conteneurs remplis de déchets plastiques en provenance de l'Occident. Ils ne peuvent plus en entrer en Chine et entrent maintenant dans son pays. Si vous montrez ces images, ainsi que les images atroces de gens triant des déchets dans des conditions terribles, je suis convaincu que vous pouvez aussi trouver une solidarité dans les quartiers populaires. Les gens savent bien qu'ils sont victimes du même mécanisme capitaliste. Cependant, les partis écologistes en Belgique ou aux Pays-Bas ne le comprennent pas. Il en va de même pour la démocratie chrétienne et la social-démocratie. Il est tellement regrettable que dans les années 1970 et 1980, ils aient mis de côté le message écologique en Flandre, aux Pays-Bas et en Allemagne. En conséquence, ce mouvement vert a été créé séparément. Les prolétaires de tous les pays qui s'unissent n'ont même pas eu l'occasion de se développer dans le débat environnemental. Le lien entre le vert et le rouge n'a pas été établi, alors qu'il est si évident.Revenons à la politique climatique. Des mesures vertes telles que le Betonstop, la suppression progressive des voitures-salaire ou une taxe sur les vols se heurtent à une grande résistance. Par crainte d'une punition électorale, les politiciens ont freiné. Comment sortir de ce blocage ?Pendant les campagnes, l'opportunisme règne en maître et aucun parti ne fait preuve de courage. C'est pourquoi Kristof Calvo (Groen) dit que l'on peut abolir la voiture-salaire sans douleur et qu'il cache la vérité : cette mesure est préjudiciable à une petite minorité et bénéfique pour tous les autres. Mais même après les élections, les politiciens se heurtent à une question essentielle : existe-t-il une base de soutien ? Dans aucun pays, je ne vois une majorité démocratique en faveur d'une politique climatique stricte. La question politique fondamentale est donc la suivante : le problème climatique peut-il être résolu démocratiquement ?Que pensez-vous ? J'ai bien peur que non. Il faut dire, tout simplement, que certaines caractéristiques de notre démocratie - axés sur le court terme, la particratie et l'organisation au niveau national - sont totalement incompatibles avec l'approche globale à long terme nécessaire. Vous pourriez aussi dire : attendons que la base de soutien soit en place. Mais alors, tous mes collègues en sciences naturelles diront que nous n'avons pas le temps. Je crains que ce soutien ne se concrétise que lorsque nous apprendrons les changements climatiques à nos dépens.Une politique climatique vigoureuse exige un changement radical des mentalités. Il est à craindre que nos politiciens n'aient plus l'autorité pour piloter cette approche globale à long terme.C'est une autre raison pour laquelle je suis si sceptique quant à notre capacité de diriger. Je suis tout sauf un climatosceptique, mais je suis peut-être un peu sceptique à l'égard de la politique climatique. Nous nous demandons s'il faut une assise démocratique ou si nous ne devrions pas mettre cette démocratie de côté pendant un certain temps. Je ne connais pas la réponse, mais je voudrais souligner ici que nous n'avons jamais décidé démocratiquement que nous allions produire notre énergie à partir de l'énergie nucléaire. Et pour autant que je sache, Amazon n'a pas étudié l'impact sur l'environnement de son projet de lancer plus de 3 000 satellites pour garantir la 5G dans le monde. Je ne vois pas non de contre-pouvoir démocratique assez fort pour l'arrêter.Un autre exemple : Coca-Cola a récemment dévoilé la quantité de plastique qu'il produit chaque année. C'est l'équivalent de 108 milliards de bouteilles d'un demi-litre. On estime que cela représente plus d'un cinquième de la production mondiale de bouteilles PET. Si les politiciens laissent faire ça, comment osent-ils demander aux festivaliers de recycler leurs gobelets en plastique ou interdire aux parents de distribuer des pailles au goûter d'anniversaire de leur enfant?