Un chat qui évolue à l'extérieur fait des ravages sur l'environnement. Si on lit attentivement la législation européenne, laissez un chat dehors n'est pas autorisé, selon deux avocats néerlandais de l'Université de Tilburg. Ils se basent sur les règles européennes en matière de protection de la nature pour arriver à cette conclusion.

Le chat domestique (Felix catus) est l'un des plus grands exterminateurs d'espèces animales au monde, écrivent les chercheurs dans le Journal of Environmental Law. Pour près de 370 espèces menacées, le chat est un danger. En Europe, il figure même parmi les trois animaux les plus dangereux.

L'analyse des chercheurs se base sur des chiffres néerlandais. On estime que 140 millions d'animaux sont tués par des chats chaque année, rien qu'aux Pays-Bas. Plus de la moitié de ces victimes peuvent être attribuées à des chats domestiques. Parmi elles figurent divers types d'oiseaux et de mammifères, comme les oiseaux des prés et les chauves-souris, mais aussi des reptiles, des poissons et des amphibiens.

Stress et maladie

Laisser son chat se balader dehors sans surveillance n'est donc pas seulement nuisible, selon les juristes, c'est aussi illégal. En vertu de la Directive européenne "Oiseaux et Habitats", les Etats membres sont tenus de protéger certaines espèces et leurs habitats, et de limiter les menaces éventuelles. Laisser un chat se promener sans surveillance est en fait déjà interdit, disent les avocats : "Quiconque intenterait un procès contre les autorités néerlandaises, qui doivent préserver les règles européennes, aurait donc une bonne chance de succès", avancent-ils.

La simple présence d'un chat peut causer une forte dose de stress aux oiseaux. Les chats peuvent également contaminer les oiseaux d'une maladie qui leur est fatale. Enfin, les chats domestiques errants se croisent parfois avec des chats sauvages. Cette dernière espèce est de moins en moins présente. "Même si vous n'avez pas l'intention de faire du mal aux animaux sauvages en laissant la chatière ouverte, c'est ce qui se passe à grande échelle ", avertit l'un des chercheurs.

A la question de savoir si quelqu'un qui laisse sortir son chat de jour comme de nuit doit craindre d'avoir des ennuis, les auteurs de l'étude rassurent les propriétaires de chats domestiques. "Non, la balle est principalement dans le camp du gouvernement. En vertu du droit européen, le gouvernement a pour mission d'interdire et d'empêcher l'abattage délibéré d'oiseaux et donc aussi la mise en liberté des chats. Ce n'est pas le cas aujourd'hui. Le grand public a donc l'impression qu'il est possible de laisser sortir le chat." Il ajoute : "À ma connaissance, il n'y a pas un seul État membre européen qui applique ces règles de manière cohérente".