Plus de 90% des stocks de poissons étudiés sont surexploités, certains seraient même au bord de l'extinction. Ces cinquante dernières années, les eaux de la Méditerranée ont perdu 34% de leur population piscicole totale et 41% de leurs mammifères, selon le JRC. "Lorsque la pêche est trop intensive, les espèces n'ont pas le temps de se reproduire et donc de garantir le renouvellement de la population marine", explique Jann Martinsohn, responsable du groupe d'étude sur la pêche auprès du JRC. La semaine dernière, des représentants de 13 pays méditerranéens se sont mis d'accord sur un programme de protection des stocks de poissons et de prévention de la pêche illégale.

Plus de 90% des stocks de poissons étudiés sont surexploités, certains seraient même au bord de l'extinction. Ces cinquante dernières années, les eaux de la Méditerranée ont perdu 34% de leur population piscicole totale et 41% de leurs mammifères, selon le JRC. "Lorsque la pêche est trop intensive, les espèces n'ont pas le temps de se reproduire et donc de garantir le renouvellement de la population marine", explique Jann Martinsohn, responsable du groupe d'étude sur la pêche auprès du JRC. La semaine dernière, des représentants de 13 pays méditerranéens se sont mis d'accord sur un programme de protection des stocks de poissons et de prévention de la pêche illégale.