Le Service public fédéral (SPF) Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement a annoncé lundi, sur son site internet, que la cargaison avait été libérée. Mais Greenpeace dénonce cette décision. "Le bois peut donc être commercialisé malgré des déclarations contradictoires quant à sa provenance et l'absence de documents attestant de manière satisfaisante sa légalité", indique l'organisation dans un communiqué. "Il s'agit là d'une décision clairement politique de la part de nos autorités."

Greenpeace en conclut que la Belgique "ne semble pas prête à implémenter la législation européenne", qui impose depuis le 3 mars de garantir la légalité du bois commercialisé en Europe. L'organisation annonce qu'elle portera donc plainte auprès du parquet d'Anvers et appelle les importateurs à ne pas le commercialiser. Elle critique également la non-application de la législation par le service CITES - chargé de veiller à l'application de la Convention éponyme sur le commerce international des espèces menacées d'extinction. "La CITES s'apprête à faire le jeu de ceux qui commercialisent le bois illégal", cingle Greenpeace.

Le Service public fédéral (SPF) Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement a annoncé lundi, sur son site internet, que la cargaison avait été libérée. Mais Greenpeace dénonce cette décision. "Le bois peut donc être commercialisé malgré des déclarations contradictoires quant à sa provenance et l'absence de documents attestant de manière satisfaisante sa légalité", indique l'organisation dans un communiqué. "Il s'agit là d'une décision clairement politique de la part de nos autorités." Greenpeace en conclut que la Belgique "ne semble pas prête à implémenter la législation européenne", qui impose depuis le 3 mars de garantir la légalité du bois commercialisé en Europe. L'organisation annonce qu'elle portera donc plainte auprès du parquet d'Anvers et appelle les importateurs à ne pas le commercialiser. Elle critique également la non-application de la législation par le service CITES - chargé de veiller à l'application de la Convention éponyme sur le commerce international des espèces menacées d'extinction. "La CITES s'apprête à faire le jeu de ceux qui commercialisent le bois illégal", cingle Greenpeace.