Les promoteurs de cette initiative doivent récolter un million de signatures dans l'année afin d'imposer le sujet à l'agenda de la Commission européenne.

En juin dernier, faute de majorité qualifiée des Etats membres, la Commission a prolongé de 18 mois l'autorisation du glyphosate afin de permettre à l'agence européenne des produits chimiques (ECHA) de mener une nouvelle évaluation du produit. Les associations à la base de l'ICE, réunies sous la bannière "Stop Glyphosate", soulignent pourtant que le Centre international de recherche sur le cancer de l'OMS a classé l'herbicide comme "cancérogène probable" en 2015.

En signant l'initiative citoyenne européenne, les ministres bruxellois et wallon de l'Environnement ont rappelé leur opposition à la mise sur le marché du glyphosate alors que le ministre fédéral de l'Agriculture Willy Borsus s'était déclaré favorable au renouvellement de l'homologation.

En avril dernier, sur proposition de la ministre Céline Fremault, le gouvernement bruxellois a introduit un arrêté visant l'interdiction de l'utilisation des pesticides contenant du glyphosate. Le parlement wallon a lui approuvé au mois d'octobre le projet de décret du ministre Carlo Di Antonio interdisant l'utilisation de tels pesticides, même sur terrains privés.

Cette initiative citoyenne européenne (ICE) a été lancée simultanément à Bruxelles, Paris, Rome, Berlin et Madrid, par une coalition d'organisations dont WeMove.EU, Greenpeace, Pesticide Action Network Europe, Health and Environment Alliance (Heal), Générations Futures, le Criigen, la Confédération paysanne.

L'ICE, accessible notamment sur le site https://stopglyphosate.org, appelle aussi l'Union européenne à "fixer des objectifs européens et contraignants de réduction de l'usage des pesticides afin de nous en débarrasser à l'avenir".

Les promoteurs de cette initiative doivent récolter un million de signatures dans l'année afin d'imposer le sujet à l'agenda de la Commission européenne.En juin dernier, faute de majorité qualifiée des Etats membres, la Commission a prolongé de 18 mois l'autorisation du glyphosate afin de permettre à l'agence européenne des produits chimiques (ECHA) de mener une nouvelle évaluation du produit. Les associations à la base de l'ICE, réunies sous la bannière "Stop Glyphosate", soulignent pourtant que le Centre international de recherche sur le cancer de l'OMS a classé l'herbicide comme "cancérogène probable" en 2015. En signant l'initiative citoyenne européenne, les ministres bruxellois et wallon de l'Environnement ont rappelé leur opposition à la mise sur le marché du glyphosate alors que le ministre fédéral de l'Agriculture Willy Borsus s'était déclaré favorable au renouvellement de l'homologation. En avril dernier, sur proposition de la ministre Céline Fremault, le gouvernement bruxellois a introduit un arrêté visant l'interdiction de l'utilisation des pesticides contenant du glyphosate. Le parlement wallon a lui approuvé au mois d'octobre le projet de décret du ministre Carlo Di Antonio interdisant l'utilisation de tels pesticides, même sur terrains privés.Cette initiative citoyenne européenne (ICE) a été lancée simultanément à Bruxelles, Paris, Rome, Berlin et Madrid, par une coalition d'organisations dont WeMove.EU, Greenpeace, Pesticide Action Network Europe, Health and Environment Alliance (Heal), Générations Futures, le Criigen, la Confédération paysanne.L'ICE, accessible notamment sur le site https://stopglyphosate.org, appelle aussi l'Union européenne à "fixer des objectifs européens et contraignants de réduction de l'usage des pesticides afin de nous en débarrasser à l'avenir".