L'Etat de Californie et le gouvernement chinois ont signé un accord afin de travailler conjointement sur la réduction des émissions de gaz à effets de serre. Pour Jerry Brown, le gouverneur de Californie, il ne faut pas attendre : "la catastrophe plane toujours" sans une action urgente et indispensable sur le changement climatique.
...

L'Etat de Californie et le gouvernement chinois ont signé un accord afin de travailler conjointement sur la réduction des émissions de gaz à effets de serre. Pour Jerry Brown, le gouverneur de Californie, il ne faut pas attendre : "la catastrophe plane toujours" sans une action urgente et indispensable sur le changement climatique. Lors d'une conférence internationale sur l'énergie propre à Pékin, il a déclaré que la décision de Donald Trump de retirer les Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat ne serait qu'un "revers temporaire". Pour lui, la Chine, l'Union européenne et les Etats américains qui le souhaitent doivent et vont combler l'écart laissé par l'abdication du gouvernement américain sur la question climatique. "Personne ne peut rester en marge. Nous ne pouvons pas nous permettre un abandon dans cet énorme défi humain pour faire la transition vers un avenir durable", a déclaré Brown. Lors de sa visite en Chine, Jerry Brown a également eu une réunion à huis clos avec le président chinois Xi Jinping. "J'ai proposé que la Californie réduise ses émissions de gaz à effet de serre de 40% par rapport aux niveaux de 1990, et que 50% de notre énergie provienne de sources renouvelables", a affirmé le gouverneur au président chinois durant leur réunion de 45 minutes. "Xi a parlé en termes très positifs. Je ne pense pas qu'il y ait une envie d'entrer dans une joute verbale avec Trump", a confié Brown aux journalistes.Durant cet échange, les deux hommes se sont promis d'élargir leurs échanges et leur coopération, en mettant l'accent sur les "énergies vertes", qui pourraient aider dans la lutte contre le réchauffement climatique. "Pour atteindre cet objectif, nous avons besoin d'un partenariat étroit avec la Chine - avec nos commerces, nos provinces, nos universités", a expliqué Brown. Un accord a par ailleurs été signé sur les technologies vertes avec le ministre chinois de la Science et de la Technologie Wan Gang. Le gouvernement de Californie a également signé des accords similaires avec les leaders de deux provinces chinoises. Tout comme l'Accord de Paris, ces accords ne sont pas contraignants, note The Guardian. Par ailleurs, ils n'établissent pas de nouveaux objectifs sur la réduction des émissions, mais se promettent coopération et investissements. Contournant la décision de Trump, cela permet d'aligner sur une question primordiale la deuxième puissance économique mondiale, qui est aussi le pollueur n°1 mondial, et l'Etat dont l'économie est la plus grande parmi les Etats américains. Avec des contrôles climatiques parmi les plus stricts des Etats-Unis, la Californie a été à l'avant-garde dans ce secteur. Elle fait également partie de la centaine de signataires de la lettre "We Are Still In" en référence à l'Accord de Paris. Des Etats américains, des villes, des entreprises, des investisseurs ont signé cette lettre pour témoigner de leur engagement envers l'accord de Paris.