Ces vagues de chaleur auront tendance à se produire plus tôt dans l'année. Des chercheurs ont analysé les propriétés de la vague de chaleur qui a eu lieu en juin 2017 en Europe occidentale et ont publié leurs observations dans la revue Geophysical Research Letters. Il s'agissait du résultat de phénomènes physiques qui n'apparaissent habituellement que plus tard ...

Ces vagues de chaleur auront tendance à se produire plus tôt dans l'année. Des chercheurs ont analysé les propriétés de la vague de chaleur qui a eu lieu en juin 2017 en Europe occidentale et ont publié leurs observations dans la revue Geophysical Research Letters. Il s'agissait du résultat de phénomènes physiques qui n'apparaissent habituellement que plus tard dans l'année. En ce sens, elle pourrait être un avant-goût de ce qui nous attend dans les années à venir. Le magazine Earth's Future a analysé les hausses de température dans divers endroits du monde. La température globale a augmenté en moyenne de 0,15 à 0,2°C par décennie, et ce depuis 1975. Mais ce constat est encore plus flagrant dans les villes. Moscou et Paris sont parmi les détenteurs de record avec une augmentation de plus de 0,8°C par décennie. Le géographe Hendrik Wouters de la KU Leuven et ses collègues rapportaient précédemment dans la revue Geophysical Research Letters que les villes comme Bruxelles et Anvers devraient faire face à plus de 17 jours des températures extrêmes à partir de 2040, alors qu'à la campagne, il n'y aurait "que" 7 jours de canicule. Durant la nuit, la température en ville est en moyenne 1 à 3°C plus élevée qu'à la campagne, mais pendant les vagues de chaleur, cette différence peut atteindre 12°C. De récentes recherches, publiées dans la revue Physical Review Letters, ont montré que les villes modernes avec de longues rues perpendiculaires les unes aux autres, comme en Amérique du Nord, retiennent beaucoup plus la chaleur que les villes plus anciennes, qui sont organisées de manière moins rectiligne. La différence serait probablement liée à la quantité de chaleur absorbée par les bâtiments durant la journée, et qu'ils cèdent la nuit venue. De réels "îlots de chaleur" peuvent survenir dans les villes.