C'est ce qu'a fait, pour la première fois l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), en publiant sa traditionnelle "Liste rouge", mais cette fois comprenant les 454 espèces d'arbres présentes en Europe. Parmi elles, 42% sont classifiées comme ayant un "risque élevé d'extinction", indique le rapport publié début automne. Le danger est encore plus grand pour les espèces "endémiques", celles qui ne poussent que sur le sol européen: 58% d'entre elles sont menacées et 66 espèces (15%) sont "en danger critique".
...

C'est ce qu'a fait, pour la première fois l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), en publiant sa traditionnelle "Liste rouge", mais cette fois comprenant les 454 espèces d'arbres présentes en Europe. Parmi elles, 42% sont classifiées comme ayant un "risque élevé d'extinction", indique le rapport publié début automne. Le danger est encore plus grand pour les espèces "endémiques", celles qui ne poussent que sur le sol européen: 58% d'entre elles sont menacées et 66 espèces (15%) sont "en danger critique".Pour établir la liste des arbres en danger, les scientifiques se sont basés sur le nombre limité d'individus et/ou leur aire géographique restreinte. Pour une cinquantaine d'espèces espèces, les données sont insuffisantes pour déterminer leur statut de conservation. Le rapport insiste sur la nécessité de mener des recherches complémentaires pour identifier les potentielles menaces.Comment expliquer ce déclin, qui menace la biodiversité et l'équilibre des certains environnements ? On peut citer en premier l'introduction, par l'homme, d'espèces envahissantes, l'exploitation non durable des forêts, ainsi que le développement urbain, qui se fait souvent au détriment des espaces verts. Mais les maladies, les nuisibles, la déforestation, l'élevage intensif et la modification des écosystèmes, liée notamment aux incendies, sont également à pointer du doigt. "Les arbres sont essentiels à la vie sur terre et les arbres européens dans toute leur diversité sont une source de nourriture et d'abri pour d'innombrables espèces animales telles que les oiseaux et les écureuils, et jouent un rôle économique clé", regrette Craig Hilton-Taylor, qui dirige l'unité en charge de l'élaboration de la Liste rouge.L'attention du public, mais aussi de la science à travers différentes études, est souvent focalisée sur le déclin d'animaux bien connus comme les éléphants et les rhinocéros. Mais il ne faut pas oublier les espèces plus modestes, tout aussi importantes pour l'écosystème. Si la moitié des espèces d'arbustes en Europe sont menacées d'extinction, un cinquième des espèces de mollusques terrestres, comme les escargots, et des espèces de bryophytes, qui sont des plantes non vascularisées, comme des mousses, sont également à surveiller de près.Souvent négligées, ces espèces sont pourtant cruciales pour les écosystèmes qui nous fournissent notre alimentation et l'air que nous respirons. Les mollusques terrestres jouent ainsi un rôle clé dans la régénération des sols et constituent une source de nourriture importante pour les oiseaux et les mammifères. Presque tous les escargots européens sont endémiques, ce qui signifie que si de telles espèces sont perdues, elles le seront pour toujours.Le rapport montre "à quel point la situation est catastrophique pour de nombreuses espèces négligées et sous-évaluées qui constituent un pilier des écosystèmes européens et contribuent à la santé de la planète".