Avec leur ombre et leur capacité à "transpirer de l'eau", les arbres rafraîchissent l'environnement, déclare l'organisation dans un communiqué de presse. "Dans les zones résidentielles vertes, la température est maîtrisée. Mais là où il y a du béton, de la pierre et du bitume, la chaleur a tendance à s'accumuler et stagner pendant un certain temps, explique le directeur Bert De Somviele.

"Par conséquence, il peut y avoir une différence de 10 degrés Celsius entre les îlots de chaleur urbains et les zones plus vertes". Au moins six millions d'arbres devraient être plantés sur le court terme pour rendre les villes plus vivables en période de canicule, selon BOS+