"La combinaison de températures extrêmes, de vent et d'une végétation asséchée place les quartiers de Canberra à risque dans les prochains jours", a confirmé le ministre en chef du territoire de la capitale, Andrew Bar vendredi.

Baptisé "Orroral Valley Fire", le feu en question qui se consume dans le parc national Namadgi, a déjà réduit en cendres 18.500 hectares, soit 8% du plus petit Etat d'Australie.

Il menace désormais des zones urbaines au sud de la capitale. "Cet incendie peut devenir tout à fait imprévisible et devenir incontrôlable", a poursuivi M. Barr, s'exprimant devant la presse.

Des centaines de pompiers sont sur le terrain pour combattre les flammes. L'état d'urgence permet de mobiliser les ressources du territoire, de coordonner les évacuations, de fermer les réseaux d'énergie et d'avoir accès à toutes les propriétés.

Selon le ministre, la capitale australienne "fait désormais face à la pire menace des feux de forêt depuis les incendies dévastateurs de 2003", qui avaient brûlé 160.000 hectares, soit plus de deux tiers de la surface de la capitale, tués quatre personnes et détruit 470 maisons.

L'Etat voisin de Nouvelle-Galles du sud connait encore également des conditions dangereuses alors que les températures vont dépasser les 40 degrés dans certaines régions durant le week-end.

"La combinaison de températures extrêmes, de vent et d'une végétation asséchée place les quartiers de Canberra à risque dans les prochains jours", a confirmé le ministre en chef du territoire de la capitale, Andrew Bar vendredi. Baptisé "Orroral Valley Fire", le feu en question qui se consume dans le parc national Namadgi, a déjà réduit en cendres 18.500 hectares, soit 8% du plus petit Etat d'Australie. Il menace désormais des zones urbaines au sud de la capitale. "Cet incendie peut devenir tout à fait imprévisible et devenir incontrôlable", a poursuivi M. Barr, s'exprimant devant la presse. Des centaines de pompiers sont sur le terrain pour combattre les flammes. L'état d'urgence permet de mobiliser les ressources du territoire, de coordonner les évacuations, de fermer les réseaux d'énergie et d'avoir accès à toutes les propriétés. Selon le ministre, la capitale australienne "fait désormais face à la pire menace des feux de forêt depuis les incendies dévastateurs de 2003", qui avaient brûlé 160.000 hectares, soit plus de deux tiers de la surface de la capitale, tués quatre personnes et détruit 470 maisons. L'Etat voisin de Nouvelle-Galles du sud connait encore également des conditions dangereuses alors que les températures vont dépasser les 40 degrés dans certaines régions durant le week-end.