Agriculture et élevage

Le déboisement pour l'agriculture et l'élevage est une des plus lourdes menaces pesant sur la forêt amazonienne qui s'étend sur 5,5 millions de km2 répartis sur neuf pays (Bolivie, Brésil, Colombie, Equateur, Guyane française, Guyana, Pérou, Suriname, Venezuela).

"La principale cause de la déforestation est l'avancée de la frontière agricole", souligne José Luis Capella, directeur d'un programme de protection des forêts au Pérou, dont la moitié du territoire est couverte par la jungle amazonienne.

En Equateur, par exemple, la surface agricole a augmenté de 23% entre 2000 et 2017 en Amazonie. C'est un des principaux facteurs de recul de la forêt, explique Carmen Josse, de la fondation Ecociencia.

Au Brésil, au Pérou, en Equateur et en Bolivie, les paysans allument des feux à la saison sèche pour défricher les zones déboisées, souvent à l'origine d'incendies incontrôlés.

Le gouvernement bolivien a ainsi autorisé cette année les agriculteurs à pratiquer le brûlis sur 20 hectares, contre 5 auparavant, au grand dam des écologistes.

Les cultures illégales grignotent aussi la forêt, comme la coca en Colombie, qui compte 169.000 hectares de cette culture, selon l'ONU.

Extraction minière

Dans la majorité des pays amazoniens, l'extraction minière illégale cause d'importants dégâts. L'utilisation de substances chimiques, telles que le mercure, surtout pour l'extraction d'or, est particulièrement néfaste, contaminant sols et cours d'eau.

Dans une tribune récente, le grand conseil coutumier des peuples amérindiens de la Guyane française a ainsi estimé que "le feu n'est pas le seul danger qui menace ou détruit l'Amazonie. L'extractivisme a sa grande part de responsabilité".

Dans ce territoire français, depuis 2003, 29.000 hectares ont été détruits à cause de l'orpaillage, légal ou illégal, selon l'Office national des forêts.

Au Venezuela, où la forêt couvre 50% du territoire, le gouvernement a lancé en 2016 un vaste projet d'extraction de bauxite, coltan, diamants et or dans une zone de plus de 110.000 km2. En Equateur, les concessions pétrolières ont également un impact.

"L'extraction minière est bien plus grave que les incendies", estime Cecilia Gomez Miliani, directrice de l'ONG vénézuélienne Vitalis : "toute la végétation est coupée, éliminée, cela pose des problèmes d'érosion des sols, de contamination au mercure et de déplacements de populations".

Pour Carmen Josse, le plus préoccupant est que l'extraction minière provoque une "déforestation permanente" avec la destruction de couches au niveau du sol qui empêche toute régénération végétative.

Au Pérou, le gouvernement a décidé en février d'envoyer l'armée dans la forêt amazonienne pour tenter de mettre fin aux extractions illégales dans des zones où la quasi-absence d'Etat favorise la multiplication des activités illicites.

En Colombie, où plus de 138.000 hectares de forêt amazonienne ont disparu en 2018 (soit 70% de la déforestation totale du pays), l'armée et la police sont aussi mobilisées.

Occupation illégale et trafic de bois

L'occupation illégale de terres, également favorisée par la faible présence de l'Etat, est un autre danger. A côté des paysans qui s'installent sur des terres dans l'espoir de légaliser ensuite leur propriété, sévit la spéculation.

"On a tendance à confondre l'occupation de terres avec (la déforestation pour) l'élevage", souligne Carolina Urrutia, du programme colombien Parques Como Vamos.

"Mais il y a un phénomène plus complexe derrière ce processus", à savoir l'avidité de politiciens et d'hommes d'affaires pour "posséder autant de terres que possible" en vue de les revendre en spéculant, explique-t-elle.

"L'absence de contrôle institutionnel sur le marché informel des terres et l'appropriation de terrains vagues publics permettent ce phénomène", abonde son compatriote Rodrigo Botero, de la Fondation pour la conservation et le développement durable.

Sous pression des écologistes, le gouvernement de Bolivie, où 1,2 million d'hectares sont partis en fumée depuis mai, a annoncé une "pause écologique" pendant laquelle la revente des terres ravagées par les feux est interdite.

La richesse de l'Amazonie en ressources naturelles attise aussi les convoitises des forestiers illégaux qui coupent cèdres et acajous, désormais en danger d'extinction.