En Égypte, 5,7 millions d'oiseaux sont tués par an, après avoir été capturés ou collés à des branches. L'Italie est le second pays méditerranéen le plus mortel pour ces animaux, talonnée par la Grèce, la France ou la Croatie. "Contrairement à des pays comme l'Égypte, la Syrie ou le Liban, les pays de l'UE ont des lois interdisant la capture d'oiseaux et les moyens pour les appliquer", relève Gerald Driessens de l'association Natuurpunt, partenaire de Birdlife. Famagouste, à l'est de Chypre, est depuis plusieurs années la région la plus mortelle de la zone méditerranéenne. "C'est une zone de repos pour les oiseaux migrateurs, fatigués de leur traversée de la mer. La concentration d'oiseaux y facilite le travail des braconniers', explique Gerald Driessens. Pourtant, capturer des oiseaux est interdit depuis 1974 sur l'île. Selon le rapport, les oiseaux les plus capturés sont la fauvette à tête noire, la caille et la grive musicienne. Le braconnage a aussi un impact sur les oiseaux qui passent l'hiver en Belgique. "Une grande partie de ces oiseaux font déjà face à des perturbations de leur habitat et au changement climatique. Pour certaines espèces, il devient très difficile de trouver un lieu de reproduction."

En Égypte, 5,7 millions d'oiseaux sont tués par an, après avoir été capturés ou collés à des branches. L'Italie est le second pays méditerranéen le plus mortel pour ces animaux, talonnée par la Grèce, la France ou la Croatie. "Contrairement à des pays comme l'Égypte, la Syrie ou le Liban, les pays de l'UE ont des lois interdisant la capture d'oiseaux et les moyens pour les appliquer", relève Gerald Driessens de l'association Natuurpunt, partenaire de Birdlife. Famagouste, à l'est de Chypre, est depuis plusieurs années la région la plus mortelle de la zone méditerranéenne. "C'est une zone de repos pour les oiseaux migrateurs, fatigués de leur traversée de la mer. La concentration d'oiseaux y facilite le travail des braconniers', explique Gerald Driessens. Pourtant, capturer des oiseaux est interdit depuis 1974 sur l'île. Selon le rapport, les oiseaux les plus capturés sont la fauvette à tête noire, la caille et la grive musicienne. Le braconnage a aussi un impact sur les oiseaux qui passent l'hiver en Belgique. "Une grande partie de ces oiseaux font déjà face à des perturbations de leur habitat et au changement climatique. Pour certaines espèces, il devient très difficile de trouver un lieu de reproduction."