La bataille politique fait rage sur l'instauration d'une consigne sur les canettes et les bouteilles en plastique. Le dossier est sur la table depuis des années, sans avancées notoires. Le cdH a introduit une proposition de décret. Le groupe dit se heurter à l'opposition farouche de Fost Plus et à l'immobilisme de la ministre wallonne de l'Environnement Céline Tellier (Ecolo).

Le débat sur l'instauration d'un système de consigne sur les canettes et les bouteilles en plastique revient sur le devant de la scène. Une pétition demande son instauration en Wallonie, les producteurs d'emballage et Fost Plus font front. Entre enjeux économiques et écologiques, le monde politique va devoir trancher dans ce dossier épineux.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dimanche à Paris pour réclamer au pouvoir plus d'ambition écologique, au moment même où la promesse présidentielle d'un référendum pour inscrire la protection du climat dans la Constitution semble avoir du plomb dans l'aile.

Plus de 1.100 participants ont inscrit leur jardin, ou du moins une parcelle d'au moins 1m², à l'opération "En mai, tonte à l'arrêt". Comment gérer cet espace de "non-tonte" ? Le Vif a répondu à vos questions dans un Facebook Live, avec Bastien Domken, conseiller technique pour les particuliers chez Adalia. Rendez-vous le vendredi 21 mai pour un nouveau Facebook Live.

Dès mi-avril, Le Vif a invité chaque citoyen à s'inscrire à une grande opération en faveur de la biodiversité : "En mai, tonte à l'arrêt". Objectif : ne pas tondre la pelouse sur une surface d'un mètre carré au moins, pendant quelques semaines pour permettre à la faune et la flore de retrouver le chemin des espaces verts privés.

Carte blanche

Jeudi dernier, la Commission européenne a publié une étude portant sur les nouvelles techniques de modification génétique, dont les conclusions sont extrêmement inquiétantes. En phase avec les demandes du lobby des biotechnologies, elles semblent ouvrir la voie à un assouplissement des règles pour la mise sur le marché des " nouveaux OGM ". Leur dérégulation constituerait pourtant un danger pour notre santé, le climat et la biodiversité.