Le rapport, qui porte sur la période 2009-2010, montre un degré de conformité en moyenne bien supérieur au minimum imposé par la loi européenne en la matière, puisque seuls 50% de programmes diffusés sur les chaînes de télévision de l'UE ou accessibles à la demande doivent être d'origine européenne. Seuls trois pays, l'Irlande, la Slovénie et le Royaume-Uni, ne respectaient pas en 2010 les quotas de diffusion européenne. De même, la proportion d'oeuvres indépendantes diffusées à la télévision, atteint 34%, soit bien au-dessus du niveau requis, qui est de 10% du temps de diffusion ou du budget de programmation. Mais la Commission apporte un bémol à ce satisfecit, soulignant que "les chaînes de télévision préfèrent à une écrasante majorité des programmes locaux ou nationaux": en 2010, seuls 8,1% des programmes diffusés provenaient d'autres pays européens. "Les nouvelles technologies et plateformes disponibles rendent plus facile le partage de contenu au-delà des frontières et il est évident qu'il existe une demande", a souligné la commissaire européenne chargée des Nouvelles technologies, Neelie Kroes, dans un communiqué, appelant le secteur à diffuser un contenu européen plus diversifié. (DGO)

Le rapport, qui porte sur la période 2009-2010, montre un degré de conformité en moyenne bien supérieur au minimum imposé par la loi européenne en la matière, puisque seuls 50% de programmes diffusés sur les chaînes de télévision de l'UE ou accessibles à la demande doivent être d'origine européenne. Seuls trois pays, l'Irlande, la Slovénie et le Royaume-Uni, ne respectaient pas en 2010 les quotas de diffusion européenne. De même, la proportion d'oeuvres indépendantes diffusées à la télévision, atteint 34%, soit bien au-dessus du niveau requis, qui est de 10% du temps de diffusion ou du budget de programmation. Mais la Commission apporte un bémol à ce satisfecit, soulignant que "les chaînes de télévision préfèrent à une écrasante majorité des programmes locaux ou nationaux": en 2010, seuls 8,1% des programmes diffusés provenaient d'autres pays européens. "Les nouvelles technologies et plateformes disponibles rendent plus facile le partage de contenu au-delà des frontières et il est évident qu'il existe une demande", a souligné la commissaire européenne chargée des Nouvelles technologies, Neelie Kroes, dans un communiqué, appelant le secteur à diffuser un contenu européen plus diversifié. (DGO)