Selon cette dernière, les marcheurs sont très calmes. "Aucun incident n'a été déploré. Ils refusent toutefois toujours de profiter d'une salle chauffée", précise-t-elle. Aucune rencontre n'est prévue dans la journée avec Elio Di Rupo. Deux raisons sont invoquées et précisées par la porte-parole de la Ville: "Non seulement, politiquement, il est impossible de prendre une décision unilatérale. Maggie De Block souhaite en effet que les cas soient étudiés individuellement. En outre, il y a dans ce cas un mélange des matières locales et fédérales. Si le Premier ministre les rencontre ici, tout le monde débarquera à Mons lorsqu'il y aura un problème fédéral". Nicolas Martin, bourgmestre faisant fonction, devrait cependant rencontrer les Afghans lundi après-midi, vers 14 heures. Les 350 Afghans présents ont décidé dimanche, en fin de journée, de ne pas reprendre leur train vers Bruxelles car ils n'ont pas rencontré le Premier ministre, Elio Di Rupo, au terme de leur marche de 70 kilomètres. (Belga)

Selon cette dernière, les marcheurs sont très calmes. "Aucun incident n'a été déploré. Ils refusent toutefois toujours de profiter d'une salle chauffée", précise-t-elle. Aucune rencontre n'est prévue dans la journée avec Elio Di Rupo. Deux raisons sont invoquées et précisées par la porte-parole de la Ville: "Non seulement, politiquement, il est impossible de prendre une décision unilatérale. Maggie De Block souhaite en effet que les cas soient étudiés individuellement. En outre, il y a dans ce cas un mélange des matières locales et fédérales. Si le Premier ministre les rencontre ici, tout le monde débarquera à Mons lorsqu'il y aura un problème fédéral". Nicolas Martin, bourgmestre faisant fonction, devrait cependant rencontrer les Afghans lundi après-midi, vers 14 heures. Les 350 Afghans présents ont décidé dimanche, en fin de journée, de ne pas reprendre leur train vers Bruxelles car ils n'ont pas rencontré le Premier ministre, Elio Di Rupo, au terme de leur marche de 70 kilomètres. (Belga)