"Soit ce projet est mal calculé, ce dont je doute, soit il y a autre chose", a-t-elle dit, interrogée à l'issue du congrès de la fédération bruxelloise du PS consacrée à l'adoption des listes électorales en vue du scrutin du 25 mai prochain. Pour la Vice-première ministre PS, on est déjà allé très loin en termes de rationalisation de la fonction publique. "Que veulent-ils faire: raboter les moyens de la Justice, de la police, des entreprises publiques? ... J'observe que sur le plan socio-économique, le MR et la N-VA défendent des thèses très proches", a-t-elle ajouté. A ses yeux, le PS est le seul vrai rempart contre les nationalistes et pas seulement sur le plan institutionnel. Au passage, Laurette Onkelinx a décrit Didier Reynders, chef de file bruxellois du MR, comme "l'homme de la désunion", dans son parti, à Liège par le passé, et à présent, à Bruxelles. "Nous avons pourtant besoin d'hommes et de femmes qui peuvent unir, dans leur propre parti, pour être en mesure de le faire ailleurs ensuite", a-t-elle commenté. (Belga)

"Soit ce projet est mal calculé, ce dont je doute, soit il y a autre chose", a-t-elle dit, interrogée à l'issue du congrès de la fédération bruxelloise du PS consacrée à l'adoption des listes électorales en vue du scrutin du 25 mai prochain. Pour la Vice-première ministre PS, on est déjà allé très loin en termes de rationalisation de la fonction publique. "Que veulent-ils faire: raboter les moyens de la Justice, de la police, des entreprises publiques? ... J'observe que sur le plan socio-économique, le MR et la N-VA défendent des thèses très proches", a-t-elle ajouté. A ses yeux, le PS est le seul vrai rempart contre les nationalistes et pas seulement sur le plan institutionnel. Au passage, Laurette Onkelinx a décrit Didier Reynders, chef de file bruxellois du MR, comme "l'homme de la désunion", dans son parti, à Liège par le passé, et à présent, à Bruxelles. "Nous avons pourtant besoin d'hommes et de femmes qui peuvent unir, dans leur propre parti, pour être en mesure de le faire ailleurs ensuite", a-t-elle commenté. (Belga)