"La Belgique est à tout le monde, mais ce soir, surtout à nous", a twitté Vincent Kompany après la victoire mardi soir. Il faisait référence aux déclarations du président de la N-VA Bart De Wever deux jours auparavant, lors de son discours après sa victoire aux élections communales à Anvers. Quelle est la crédibilité d'un tel tweet pour quelqu'un qui joue en Angleterre, objecte le Vlaams Belang. "Les Diables Rouges doivent-ils sauver la Belgique? Il semblerait bien", raille le parti, qui critique aussi les nouveaux maillots de l'équipe, rehaussés de noir et de jaune. "Le Palais et l'establishment belge s'accrochent au football comme à un fétu, mais c'est une tentative désespérée de renverser la tendance." Le Vlaams Belang ne craint pas l'équipe nationale. "Les gens qui pensent qu'ils vont sauver la Belgique sont vraiment naïfs", commente encore le parti. (JOHN THYS)

"La Belgique est à tout le monde, mais ce soir, surtout à nous", a twitté Vincent Kompany après la victoire mardi soir. Il faisait référence aux déclarations du président de la N-VA Bart De Wever deux jours auparavant, lors de son discours après sa victoire aux élections communales à Anvers. Quelle est la crédibilité d'un tel tweet pour quelqu'un qui joue en Angleterre, objecte le Vlaams Belang. "Les Diables Rouges doivent-ils sauver la Belgique? Il semblerait bien", raille le parti, qui critique aussi les nouveaux maillots de l'équipe, rehaussés de noir et de jaune. "Le Palais et l'establishment belge s'accrochent au football comme à un fétu, mais c'est une tentative désespérée de renverser la tendance." Le Vlaams Belang ne craint pas l'équipe nationale. "Les gens qui pensent qu'ils vont sauver la Belgique sont vraiment naïfs", commente encore le parti. (JOHN THYS)