L'échevin dissident Jean-Claude Crémer n'a pas réussi son pari d'être l'arbitre de combat entre les deux groupes. "J'ai joué et j'ai perdu. L'électeur est vissé à des partis même si on montre une mauvaise gestion. Quand on est droit, cela ne marche pas. Je peux en tout cas me regarder dans la glace. Je souhaite bonne chance à Benoît Lutgen. Je crois qu'il est parti pour longtemps en tant que bourgmestre de Bastogne". (COR 615)

L'échevin dissident Jean-Claude Crémer n'a pas réussi son pari d'être l'arbitre de combat entre les deux groupes. "J'ai joué et j'ai perdu. L'électeur est vissé à des partis même si on montre une mauvaise gestion. Quand on est droit, cela ne marche pas. Je peux en tout cas me regarder dans la glace. Je souhaite bonne chance à Benoît Lutgen. Je crois qu'il est parti pour longtemps en tant que bourgmestre de Bastogne". (COR 615)