"Le ministère public accuse les suspects d'appartenir à un groupe terroriste", a-t-il indiqué dans un communiqué, sans préciser si ces soupçons pèsent sur l'ensemble des trois journalistes détenus, dont l'Australien Peter Greste. Un des avocats du chef du bureau d'Al-Jazeera English au Caire, l'Egypto-canadien Mohamed Adel Fahmy, a indiqué que son client était accusé d'appartenance aux Frères musulmans, qui ont été déclarés la semaine passée "organisation terroriste" par les autorités égyptiennes dirigées de facto par l'armée. La police a arrêté les trois journalistes dimanche et le parquet a indiqué avoir ordonné mardi leur placement en détention préventive pour deux semaines, pour qu'ils puissent être interrogés. Cette décision intervient, au grand dam du Qatar, où est basée Al-Jazeera, sur fond de répression de plus en plus sévère envers les Frères musulmans, la confrérie du président Mohamed Morsi, destitué et arrêté par l'armée il y a six mois. (Belga)

"Le ministère public accuse les suspects d'appartenir à un groupe terroriste", a-t-il indiqué dans un communiqué, sans préciser si ces soupçons pèsent sur l'ensemble des trois journalistes détenus, dont l'Australien Peter Greste. Un des avocats du chef du bureau d'Al-Jazeera English au Caire, l'Egypto-canadien Mohamed Adel Fahmy, a indiqué que son client était accusé d'appartenance aux Frères musulmans, qui ont été déclarés la semaine passée "organisation terroriste" par les autorités égyptiennes dirigées de facto par l'armée. La police a arrêté les trois journalistes dimanche et le parquet a indiqué avoir ordonné mardi leur placement en détention préventive pour deux semaines, pour qu'ils puissent être interrogés. Cette décision intervient, au grand dam du Qatar, où est basée Al-Jazeera, sur fond de répression de plus en plus sévère envers les Frères musulmans, la confrérie du président Mohamed Morsi, destitué et arrêté par l'armée il y a six mois. (Belga)