Les trois soeurs se sont constituées parties civiles contre leurs parents devant le tribunal correctionnel de Charleroi. A l'audience, elles ont expliqué que leur père, Jean-Marie V., avait abusé d'elles dès 1987, usant du viol comme punition. L'une d'elles n'avait que trois ans lors des premiers abus. Les victimes, qui ont fait des tentatives de suicides et suivi des thérapies, ont expliqué s'être confiées à leur mère qui n'a jamais réagi. Ces abus n'avaient jamais été dévoilés jusqu'à ce que la fille de 4 ans d'une des soeurs explique "qu'elle a un secret avec papy, qui l'embrasse sur la bouche". Jean-Marie V. a ainsi comparu pour viols sur ses filles et attentat à la pudeur sur sa petite-fille. Décrit comme un pervers manipulateur, cynique et sans interdit, il a écopé de dix ans de prison ferme. Son épouse, immature et dotée d'une intelligence limitée, a par contre été acquittée de non-assistance à personne en danger envers sa petite-fille. Le tribunal estime que son laxisme et sa naïveté ne sont pas constitutifs de l'infraction. (PVO)

Les trois soeurs se sont constituées parties civiles contre leurs parents devant le tribunal correctionnel de Charleroi. A l'audience, elles ont expliqué que leur père, Jean-Marie V., avait abusé d'elles dès 1987, usant du viol comme punition. L'une d'elles n'avait que trois ans lors des premiers abus. Les victimes, qui ont fait des tentatives de suicides et suivi des thérapies, ont expliqué s'être confiées à leur mère qui n'a jamais réagi. Ces abus n'avaient jamais été dévoilés jusqu'à ce que la fille de 4 ans d'une des soeurs explique "qu'elle a un secret avec papy, qui l'embrasse sur la bouche". Jean-Marie V. a ainsi comparu pour viols sur ses filles et attentat à la pudeur sur sa petite-fille. Décrit comme un pervers manipulateur, cynique et sans interdit, il a écopé de dix ans de prison ferme. Son épouse, immature et dotée d'une intelligence limitée, a par contre été acquittée de non-assistance à personne en danger envers sa petite-fille. Le tribunal estime que son laxisme et sa naïveté ne sont pas constitutifs de l'infraction. (PVO)