Des représentants de ces deux partis, la "Rwanda Dream Initiative" (RDI) Rwanda Rwiza de M. Twagiramungu, et le PDP-Imanzi - dont le président, Deogratias Mushayidi, est emprisonné à Kigali après avoir été condamné à la perpétuité en 2010 pour atteinte à la sûreté de l'Etat - retourneront au Rwanda "d'ici le 30 juin prochain", ont affirmé les responsables de ces deux formations au cours d'une conférence de presse à Bruxelles. "Les gens au Rwanda nous attendent", a lancé M. Twagiramungu, qui fut Premier ministre de juillet 1994 à août 1995 avant de tomber en disgrâce aux yeux du Front patriotique rwandais (FPR), dominé par les Tutsi et au pouvoir depuis la fin du génocide, puis de partir en exil en Belgique. Il était déjà brièvement rentré une première fois au Rwanda en 2003 pour participer à l'élection présidentielle de 2003, officiellement remportée par M. Kagame mais que lui qualifie de "frauduleuse". "Nous allons réclamer (l'ouverture de) l'espace politique", cadenassé depuis 1994 par le FPR, a pour part déclaré le vice-président du Pacte de Défense du Peuple (PDP-Imanzi, une autre formation d'opposition non reconnue par Kigali), Gérard Karangwa Semushi. "Nous n'allons pas au Rwanda pour la confrontation, nous ne voulons pas la tête de qui que ce soit", a ajouté M. Karangwa. (GGD)

Des représentants de ces deux partis, la "Rwanda Dream Initiative" (RDI) Rwanda Rwiza de M. Twagiramungu, et le PDP-Imanzi - dont le président, Deogratias Mushayidi, est emprisonné à Kigali après avoir été condamné à la perpétuité en 2010 pour atteinte à la sûreté de l'Etat - retourneront au Rwanda "d'ici le 30 juin prochain", ont affirmé les responsables de ces deux formations au cours d'une conférence de presse à Bruxelles. "Les gens au Rwanda nous attendent", a lancé M. Twagiramungu, qui fut Premier ministre de juillet 1994 à août 1995 avant de tomber en disgrâce aux yeux du Front patriotique rwandais (FPR), dominé par les Tutsi et au pouvoir depuis la fin du génocide, puis de partir en exil en Belgique. Il était déjà brièvement rentré une première fois au Rwanda en 2003 pour participer à l'élection présidentielle de 2003, officiellement remportée par M. Kagame mais que lui qualifie de "frauduleuse". "Nous allons réclamer (l'ouverture de) l'espace politique", cadenassé depuis 1994 par le FPR, a pour part déclaré le vice-président du Pacte de Défense du Peuple (PDP-Imanzi, une autre formation d'opposition non reconnue par Kigali), Gérard Karangwa Semushi. "Nous n'allons pas au Rwanda pour la confrontation, nous ne voulons pas la tête de qui que ce soit", a ajouté M. Karangwa. (GGD)