Pol Valck reconnaît que l'installation de tels systèmes ne se fait pas toujours dans la sérénité. "Il y a quelques mois, des parents ont même soutenu que ces scanners étaient 'traumatisants' pour leurs enfants. J'appelle ça un comportement de soixante-huitards". A Gand, la question de la protection de la vie privée a poussé à la suspension d'un projet-pilote. "Pour moi, ça pose la question de savoir dans quel type d'environnement on veut faire grandir nos enfants. Dans un environnement de méfiance et contrôle, ou de confiance et d'engagement? ", s'interroge l'échevine de l'Enseignement Elke Decruyenaere (Groen). Selon De Morgen, le système ne serait pas encore totalement au point. Une trentaine d'écoles primaires de Louvain ont récemment dû l'enlever en raison de problèmes. De surcroît, certains enfants trouvent le scanner tellement amusant qu'ils ont tendance à l'utiliser plusieurs fois par jour. Le système serait en outre défaillant lorqu'il fait froid. (Belga)

Pol Valck reconnaît que l'installation de tels systèmes ne se fait pas toujours dans la sérénité. "Il y a quelques mois, des parents ont même soutenu que ces scanners étaient 'traumatisants' pour leurs enfants. J'appelle ça un comportement de soixante-huitards". A Gand, la question de la protection de la vie privée a poussé à la suspension d'un projet-pilote. "Pour moi, ça pose la question de savoir dans quel type d'environnement on veut faire grandir nos enfants. Dans un environnement de méfiance et contrôle, ou de confiance et d'engagement? ", s'interroge l'échevine de l'Enseignement Elke Decruyenaere (Groen). Selon De Morgen, le système ne serait pas encore totalement au point. Une trentaine d'écoles primaires de Louvain ont récemment dû l'enlever en raison de problèmes. De surcroît, certains enfants trouvent le scanner tellement amusant qu'ils ont tendance à l'utiliser plusieurs fois par jour. Le système serait en outre défaillant lorqu'il fait froid. (Belga)