"On ne s'attendait pas à un succès aussi rapide", avoue François-Xavier Remion, directeur de la communication de Tempora, la société qui a conçu l'exposition accueillie par le Musée royal de l'Armée et d'Histoire militaire (Bruxelles). Il estime à 30% la proportion d'écoliers parmi les visiteurs, le public scolaire constituant l'une des cibles de l'exposition. Par ailleurs, 15% des individus qui ont passé la porte du Musée viennent de l'étranger. Le parcours élaboré permet d'expliquer mais aussi de faire ressentir la Grande Guerre, notamment grâce aux collections du Musée de l'Armée. L'exposition est ouverte jusqu'au 26 avril 2015. D'ici là, Tempora espère encore attirer 275.000 visiteurs. (Belga)

"On ne s'attendait pas à un succès aussi rapide", avoue François-Xavier Remion, directeur de la communication de Tempora, la société qui a conçu l'exposition accueillie par le Musée royal de l'Armée et d'Histoire militaire (Bruxelles). Il estime à 30% la proportion d'écoliers parmi les visiteurs, le public scolaire constituant l'une des cibles de l'exposition. Par ailleurs, 15% des individus qui ont passé la porte du Musée viennent de l'étranger. Le parcours élaboré permet d'expliquer mais aussi de faire ressentir la Grande Guerre, notamment grâce aux collections du Musée de l'Armée. L'exposition est ouverte jusqu'au 26 avril 2015. D'ici là, Tempora espère encore attirer 275.000 visiteurs. (Belga)