Dans un sermon au ton très grave, le pape allemand, qui semblait très éprouvé, a estimé que "le visage de l'Eglise est "parfois défiguré". "Je pense notamment aux coups portés à l'unité de l'Eglise, aux divisions du corps ecclésial", a-t-il dit devant les cardinaux présents. Plus généralement, il a aussi dénoncé l'incohérence de ceux qui se disent prêts à "déchirer leurs propres vêtements, face à des scandales et des injustices, naturellement perpétrés par d'autres", mais ne sont pas "prêts à agir sur leur propre coeur, sur leur conscience et sur leurs intentions". (MUA)