M. Regling s'est présenté mercredi devant la commission économique et monétaire du Parlement européen. Les députés ont pu questionner pour la première fois le chef de ce qu'on a appelé le "bazooka" anti-crise de la zone euro. L'intéressé s'est déclaré prêt à poursuivre ce "dialogue informel", tout en rappelant qu'il n'existait aucune obligation légale. Le MES n'est en effet pas une institution de l'UE, mais un mécanisme institué dans un traité distinct. Le mécanisme de stabilité a déboursé depuis 2011 - y compris sous sa forme antérieure, FESF - 212 milliards d'euros pour la Grèce, l'Irlande, le Portugal, l'Espagne et Chypre, a affirmé M. Regling. La capacité de prêt restante est de 450 milliards, soit 90%, a-t-il ajouté. Les pays aidés ont tous accompli des progrès substantiels vers la sortie de crise. "Les progrès sont bien plus importants que le reconnaissent les médias et la population", a souligné M. Regling, énumérant les données positives. Ainsi, le Portugal a-t-il résorbé son déficit courant et même atteint le premier excédent commercial de son histoire. Quant à la Grèce, elle aurait mis en oeuvre plus de réforme qu'aucun autre pays de l'OCDE. (Belga)

M. Regling s'est présenté mercredi devant la commission économique et monétaire du Parlement européen. Les députés ont pu questionner pour la première fois le chef de ce qu'on a appelé le "bazooka" anti-crise de la zone euro. L'intéressé s'est déclaré prêt à poursuivre ce "dialogue informel", tout en rappelant qu'il n'existait aucune obligation légale. Le MES n'est en effet pas une institution de l'UE, mais un mécanisme institué dans un traité distinct. Le mécanisme de stabilité a déboursé depuis 2011 - y compris sous sa forme antérieure, FESF - 212 milliards d'euros pour la Grèce, l'Irlande, le Portugal, l'Espagne et Chypre, a affirmé M. Regling. La capacité de prêt restante est de 450 milliards, soit 90%, a-t-il ajouté. Les pays aidés ont tous accompli des progrès substantiels vers la sortie de crise. "Les progrès sont bien plus importants que le reconnaissent les médias et la population", a souligné M. Regling, énumérant les données positives. Ainsi, le Portugal a-t-il résorbé son déficit courant et même atteint le premier excédent commercial de son histoire. Quant à la Grèce, elle aurait mis en oeuvre plus de réforme qu'aucun autre pays de l'OCDE. (Belga)