Le prévenu était poursuivi pour une quarantaine de braquages, commis un peu partout en Belgique. En novembre dernier, la Cour l'avait condamné par défaut à 35 ans de prison pour l'ensemble des très nombreuses préventions à sa charge. Faisant ensuite opposition à cet arrêt, l'homme était revenu devant la Cour. Karim Ziati avait alors principalement contesté le braquage d'un restaurant "Lunch Garden" à Crainhem et la tentative de hold-up d'un bureau de poste à Namur, en juillet 2007, l'un des principaux faits qui lui étaient reprochés. Il ne s'était par contre pas exprimé sur l'attaque commise dans un "sushi-shop" de l'avenue Louise, à Bruxelles, et avait avoué avoir participé au braquage d'une bijouterie de Braine-le-Comte. L'homme avait pu être appréhendé après qu'on eut retrouvé des traces de son ADN sur le levier de vitesse d'une voiture qui avait servi à l'un des faits. (Belga)

Le prévenu était poursuivi pour une quarantaine de braquages, commis un peu partout en Belgique. En novembre dernier, la Cour l'avait condamné par défaut à 35 ans de prison pour l'ensemble des très nombreuses préventions à sa charge. Faisant ensuite opposition à cet arrêt, l'homme était revenu devant la Cour. Karim Ziati avait alors principalement contesté le braquage d'un restaurant "Lunch Garden" à Crainhem et la tentative de hold-up d'un bureau de poste à Namur, en juillet 2007, l'un des principaux faits qui lui étaient reprochés. Il ne s'était par contre pas exprimé sur l'attaque commise dans un "sushi-shop" de l'avenue Louise, à Bruxelles, et avait avoué avoir participé au braquage d'une bijouterie de Braine-le-Comte. L'homme avait pu être appréhendé après qu'on eut retrouvé des traces de son ADN sur le levier de vitesse d'une voiture qui avait servi à l'un des faits. (Belga)