Avant les vacances, le gouvernement a décidé d'une série de mesures d'économie dans les soins de santé qui doivent déboucher sur une économie de 166 millions d'euros. Parmi celles-ci figure l'intégration de l'électrocardiogramme dans le forfait journalier des hôpitaux. Le gain pour les finances publiques est estimé à 5 millions en 2013 et 16 millions en année pleine. Selon le syndicat médical, il s'agit d'un "précédent dangereux" dans la mesure où les honoraires des cardiologues devraient dès lors provenir du budget des moyens financiers des hôpitaux. L'Absym s'en prend aussi à une mesure ciblant les laboratoires privés de biologie clinique sous la forme d'une réduction du remboursement de leurs honoraires forfaitaires, censée rapporter 11 millions d'euros en 2013 et 32 millions les années suivantes. Elle y voit un traitement discriminatoire entre les laboratoires hospitaliers et extra-hospitaliers. Selon le syndicat, ces mesures ne peuvent en outre être mises en oeuvre que moyennant un changement de la loi. Le sujet a été évoqué lundi matin au cours d'une réunion du comité de l'assurance de l'Inami. "Cela donne vraiment l'impression que le gouvernement essaie de dynamiter l'accord médico-mutualiste", a souligné le président du syndicat, Marc Moens. En attendant les résultats des analyses juridiques, l'Absym a adressé une mise en garde au gouvernement. "Des modifications unilatérales des honoraires par le gouvernement peuvent conduire à la dénonciation de l'accord". (Belga)

Avant les vacances, le gouvernement a décidé d'une série de mesures d'économie dans les soins de santé qui doivent déboucher sur une économie de 166 millions d'euros. Parmi celles-ci figure l'intégration de l'électrocardiogramme dans le forfait journalier des hôpitaux. Le gain pour les finances publiques est estimé à 5 millions en 2013 et 16 millions en année pleine. Selon le syndicat médical, il s'agit d'un "précédent dangereux" dans la mesure où les honoraires des cardiologues devraient dès lors provenir du budget des moyens financiers des hôpitaux. L'Absym s'en prend aussi à une mesure ciblant les laboratoires privés de biologie clinique sous la forme d'une réduction du remboursement de leurs honoraires forfaitaires, censée rapporter 11 millions d'euros en 2013 et 32 millions les années suivantes. Elle y voit un traitement discriminatoire entre les laboratoires hospitaliers et extra-hospitaliers. Selon le syndicat, ces mesures ne peuvent en outre être mises en oeuvre que moyennant un changement de la loi. Le sujet a été évoqué lundi matin au cours d'une réunion du comité de l'assurance de l'Inami. "Cela donne vraiment l'impression que le gouvernement essaie de dynamiter l'accord médico-mutualiste", a souligné le président du syndicat, Marc Moens. En attendant les résultats des analyses juridiques, l'Absym a adressé une mise en garde au gouvernement. "Des modifications unilatérales des honoraires par le gouvernement peuvent conduire à la dénonciation de l'accord". (Belga)