"Notre analyse est toujours la même. Cette guerre est une guerre d'usure. Aucun camp n'a enregistré d'avancées majeures ou su les maintenir", a déclaré Jennifer Psaki, la porte-parole du département d'Etat. "Nos efforts pour collaborer avec l'opposition se poursuivent", a-t-elle ajouté. Dimanche, Bachar al-Assad avait évoqué "un tournant dans la crise au niveau militaire et des exploits permanents réalisés par l'armée dans la guerre contre le terrorisme, ainsi qu'au niveau social concernant la réconciliation nationale". Le terme "terroriste" désigne opposants et rebelles dans la terminologie du régime de Damas depuis le début du conflit en mars 2011. "Il est normal que le président Assad s'exprime de la sorte. Il n'est pas très surprenant qu'il dise qu'il est en train de gagner", a estimé Mme Psaki. "Il y a une inquiétude largement partagée quant à ses actes. C'est ce qu'observe la communauté internationale. Nous n'allons pas prédire quelle va être l'issue" de la guerre, a-t-elle conclu. (Belga)

"Notre analyse est toujours la même. Cette guerre est une guerre d'usure. Aucun camp n'a enregistré d'avancées majeures ou su les maintenir", a déclaré Jennifer Psaki, la porte-parole du département d'Etat. "Nos efforts pour collaborer avec l'opposition se poursuivent", a-t-elle ajouté. Dimanche, Bachar al-Assad avait évoqué "un tournant dans la crise au niveau militaire et des exploits permanents réalisés par l'armée dans la guerre contre le terrorisme, ainsi qu'au niveau social concernant la réconciliation nationale". Le terme "terroriste" désigne opposants et rebelles dans la terminologie du régime de Damas depuis le début du conflit en mars 2011. "Il est normal que le président Assad s'exprime de la sorte. Il n'est pas très surprenant qu'il dise qu'il est en train de gagner", a estimé Mme Psaki. "Il y a une inquiétude largement partagée quant à ses actes. C'est ce qu'observe la communauté internationale. Nous n'allons pas prédire quelle va être l'issue" de la guerre, a-t-elle conclu. (Belga)